BLOODBATH : Survival of the sickest

Il y a quelques années, je me suis dit, comme beaucoup, que l’arrivée de Nick Holmes au sein d’un supergroupe de death metal avait tout pour plaire. Et puis finalement, et contrairement aux débuts excitants de Bloodbath, j’ai trouvé le résultat moyen moyen. Aujourd’hui, je lui laisse une nouvelle chance : pourquoi pas après tout ? Les gars ont, depuis 2015, largement eu le temps de s’apprivoiser. « Zombie inferno », le premier single, a été astucieusement placé en début de parcours. De gros riffs bien gras, un thème porteur, une vidéo sympa, tout est là… Mais ça ne suffit pas. Je trouve ça mécanique, froid, vain. Ça craint pour un début. Heureusement, « Putrefying corpse » fait mieux : plus old school, chargé en soli d’exception, et bénéficiant de la participation de Barney Greenway, il fait bien le taf. Hélas, « Dead parade » s’avère bien plus lourdaud et limité. Le riff d’intro de « Malignant maggot therapy » vient de sortir de ma torpeur, mais ce n’est qu’un leurre ; si certains passages sont franchement cool, l’ensemble manque pour moi d’accroche. Et je peux appliquer cette remarque au trois quart des titres : impeccables niveau mise en place rythmique, pas grand-chose non plus à reprocher au chant, une science du break certaine, une puissance et un son dans la plus pure tradition… Mais chez moi, ça ne fait pas écho.Ce que j’aimais surtout chez Bloodbath, c’est cette capacité à pondre des hits sales et immédiats : remember « ways to the grave » ? Et ben ici, à part donc sur quelques titres (« To die », « Affliction of extinction », « Putrefying corpse » et peut-être « Environcide ») l’electrocardiogramme est plutôt plat. Je ne peux clairement pas saquer Bloodbath, ces gars je les aime, mais décidément, leur nouvelle mouture n’est pas pour moi.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

https://youtu.be/QlDMQZYNoFU

Related Posts

  • 10000
    L'annonce de l'arrivée de Nick Holmes, vocaliste de Paradise Lost, au sein du supergroupe de death Bloodbath, a forcément fait grand bruit. Alors ce nouvel album de nos brutes de service est donc un passage obligé pour tout amateur de metal extrême, autant par respect et admiration pour les deux…
    Tags: holmes, nick, metal, death, bloodbath
  • 10000
    Nostalgie, quand tu nous tiens... Formés de « vieux de la vieille » (Mikael Åkerfeldt d'Opeth, Dan Swanö d'Edge of Sanity, Anders Nyström de Katatonia et Diabolical Masquerade et Jonas Renkse de Katatonia), ce "all star band" joue la carte du death metal classique, brutal et ultra-efficace. Imagerie et paroles ancrés dans…
    Tags: paroles, plus, metal, death, bloodbath
  • 10000
    Le death metal a trouvé en Bloodbath un défenseur incorruptible, et un mètre-étalon imparable. D'album en album, loin de se calmer, la machine de guerre suédoise se fait de plus en plus meurtrière, mêlant le style de la grande époque du genre à des rythmiques et un son résolument modernes.…
    Tags: bloodbath
  • 10000
    Bloodbath est ce qu'on appelle un supergroupe. Imaginez un peu ; en son sein, on trouve Dan Swano (Edge Of Sanity, Godsend, Nightingale, etc…et accessoirement l'un des meilleurs producteurs de métal extrême), Peter Tagtgren (Hypocrisy, Pain, et producteur également), Andréas Nystrom (Katatonia, Diabolical Masquerade, Bewitched), Jonas Renkse (Katatonia, October Tide)…
    Tags: bloodbath, premier, avait, paroles, ne, dit, plus, riffs, me, l'album
  • 79
    « Despicable » m’avait plutôt fait bonne impression. Mais je lui avais quand même reproché, s’il employait des méthodes similaires, de le faire avec moins de brio, de négliger les mélodies. Le problème, c’est que le titre « Torn arteries » qui ouvre ce nouvel opus va exactement dans le même sens. Certes, on…
    Tags: plus, s, qu, d, l, the, c, a, ne, bien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.