BLACK HONEY : Written & directed

Black Honey s’est fait connaître au travers d’un son très rock dès sa formation en 2014, enchaînant les singels dévastateurs et créant le buzz outre manche. Pourtant, son premier album faisait un petit pas en arrière, gommant un peu les sonorités abrasives au profit d’un son plus pop et radiophonique. On pourrait y voir une volonté de producteur, une « incitation » d’un label roublard ; en tout cas il apparaît que les fans ne s’y sont pas retrouvés. Et peut-être même que le groupe non plus. En tout cas c’est le message qu’on pourrait capter ici, à la fois du titre façon « c’est moi qui l’ai fait », et des sonorités plus rentre-dedans qui nous accueillent à l’ouverture de ce deuxième album. Bon, pour être honnête, ça ne dure pas tout le disque. Mais globalement, je trouve ce disque plus musclé et intéressant que l’éponyme de 2018. En tout cas, un « I like the way you die », un « Run for cover » ou un « Disinfect » envoient le bois. Le reste se ballade entre pop et ambiances country rock, avec un penchant pour les sonorités rétro. On sera étonné de voir débarquer ici et là quelques cuivres et effets, mais rien ne vient troubler la logique du cheminement du disque. On appréciera le soin apporté à l’image du groupe, au travers de ses clips comme sur l’environnement sonore de ses titres, dont chaque détail a son importance et se rapporte à l’histoire que veut narrer Black Honey. On sent en tout cas qu’on a ici un disque plus travaillé, mais pas moins riche pour autant, au contraire. Il reste un peu court (mais c’est un peu la nouvelle norme, les disques de 30 minutes), mais reste une bonne proposition pour le renouveau du rock au féminin.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Il y a quelques années, j’avais jeté une oreille distraite sur « Floral green », le deuxième album de Title Fight, un groupe emo / punk de Kingston (pas en Jamaïque, en Pennsylvanie). Je n’en garde pas un souvenir impérissable. D’ailleurs, vous n’en trouverez pas trace ici. Glitterer est en fait l’émanation…
    Tags: album, titres, a, quelques, minutes, l, d, pop, groupe, deuxième
  • 10000
    Positionné à ses débuts sur un style à cheval entre pop punk et rock alternatif, You Me At Six n’a jamais trop attiré mon viseur. Mais des difficultés diverses ont conduit il y a peu le groupe au bord de l’implosion, et à une remise en question de leurs habitudes.…
    Tags: d, groupe, a, ne, rock, plus, disque, s, y, on
  • 10000
    Fassine est un trio londonien qu’il est difficile de définir, employant des éléments électroniques, voir mainstream au sein d’une pop assez légère mais aux contours flous et aux structures équilibristes. Certains les qualifient d’electro pop. Pas d’accord. D’autres de dream pop. Pas d’accord non plus. Eux se définissent comme « alternative…
    Tags: pop, qu, d, on, c, groupe, ne, rock, a, non
  • 10000
    Dans ma recherche effrénée de nouvelles choses à écouter, je tombe parfois sur des ep. Et si je claironne que ce format n’est pas mon préféré, parfois il parvient, et même en un seul titre, à me titiller suffisamment l’oreille pour que je lui accorde une place ici. Pour de…
    Tags: l, d, a, c, titre, groupe, pop, ne, for, plus
  • 10000
    Comme souvent, dépassé par le nombre de sorties, je n’ai pas su trouver le temps d’écouter « Better nature » en 2015. Pourtant, que ce soit « Carnavas », « Swoon » ou « Neck of the woods », aucun des disques des angelinos ne m’a déçu. Et dès que « Neon wound » démarre, je sais qu’il en sera…
    Tags: l, disque, se, plus, groupe, reste, qu, a, the, d

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *