BLACK EARTH : Gnarled ritual of self annihilation

Vous connaissez The Vomit Arsonist ? Eh bien aujourd’hui, vous allez rencontrer son jumeau maléfique. Celui-ci est espagnol et a pour nom chatoyant Black Earth. Sinon, ils partagent pas mal de points communs. Tout d’abord la forme : un dark ambiant industriel qui va puiser dans ce que l’humanité a de pire pour le traduire en « musique ». Les guillemets sont là pour insister sur le fait que la mélodie est quasi-inexistante ici ; « Gnarled ritual of self annihilation » est centré sur l’expérience, l’ambiance. Celle d’une messe noire post apocalyptique, le plus souvent privée de parole humaine, chaotique et effrayante. A contrario du one-man band précité, Black Earth puise volontiers dans la sphère metal (extrême), même si tout matériau utilisé sur ce disque est concassé et fondu dans un magma plus informe, dont on peine à distinguer les différents éléments. Ainsi, sur plusieurs titres, outre une voix inhumaine saturée à l’extrême, on peut sentir les remugles d’un metal extrême bien haineux, là tout au fond de l’abysse. Ce qui contraste avec les productions précédentes, qui étaient elles un peu plus « concrètes », sur lesquelles on pouvait plus jauger le travail du musicien et pas de savant fou (au sens dément, vraiment). Oui. « Gnarled ritual of self annihilation » est encore plus abstrait, plus fouillis que ses grands frères, et on a vraiment du mal à s’accrocher à un semblant de mélodie ou de répétitivité qui respecterait leur qualificatif « ritual ». Avis aux aventuriers de l’âme perdue donc ; cet album est de ceux dont on ne revient pas, car une fois qu’on souhaite faire demi-tour, l’indicible et l’intangible nous entourant, impossible de rebrousser chemin…

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Ah, ça faisait bien longtemps que je ne vous avait amené un disque de dark ambiant bien flippant. Je ne sais pas vous mais moi ça me manquait. Le frisson de la nouveauté se mêlant au frisson tout court, l’horreur froide, ni rampante ni tapie dans l’ombre, mais bien en…
    Tags: l, aux, ne, on, bien, plus, dark, vomit, the, arsonist
  • 10000
    Enième projet solo d'un zigue dont, apparemment, le cerveau fourmille d'idées étant donné sa productivité, Painted Caves fait dans le dark ambiant industriel, et semble ne pas vouloir suivre les habitudes du genre, ou alors manquer d'inspiration pour le faire ; 7 titres en 32 minutes, c'est finalement assez court.…
    Tags: ne, industriel, dark, vraiment, mal, titres, dont, faire, ambiant
  • 10000
    C'est le moment d'éloigner les personnes sensibles des enceintes, mesdames et messieurs. Car Pleiadees est un projet parallèle de Massimo Pupillo de Zu (dont vous avez peut-être raté la chronique de « Jhator » dans les pages d'AUD?). Et s'il est décrit comme du dark jazz, ceux qui se sont déjà confronté…
    Tags: musique, ne, plus, a, of, voix, on, the, https://open.spotify.com/album, sinon
  • 10000
    Si vous avez trop chaud et que vous cherchez la fraîcheur, ce nouvel album de Nordvargr tombe à point nommé… pour vous glacer le sang. Il faut dire que le dark ambiant industriel du one-man band a tout pour ça. On y entend des machines crisser, s’enrayer, se remettre en…
    Tags: l, on, maléfique, voix, ambiant, dark, s, metal, album, plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *