BEN HOWARD : Collections from the whiteout

« Noonday dream », l’album précédent de l’anglais Ben Howard, m’avait doucement bercé, au son d’une folk pop onirique où des nuages electro venaient se poser ça et là. Sur ce quatrième opus, le monsieur s’aventure plus loin, hors de son territoire de prédilection, incluant des touches de jazz, un peu plus de folktronica encore, et des formats plus expérimentaux et groovy (sans aller jusqu’au dansant). Ce qui rend « Collections from the whiteout » bien plus complexe à appréhender. Trop ? Pour moi, oui, c’est évident. Subsiste la voix posée et très folk de Ben, au milieu de mélodies déstructurées, d’instrumentations mi rock indé mi electronica, posée sur une mélodie en équilibre instable sur tout ça. Bien sûr, on trouvera quelques titres plus classiques dans leur forme… Mais il leur manque quand même le spleen tenace qui tatouait auparavant chaque titre du compositeur. Et pour tout dire, ils ne semblent même pas à leur place ici. C’est d’ailleurs un problème pour cet album, de déterminer sa place. Hybride, il emprunte des éléments des précédents mais les déracine, les emmène ailleurs. Juste pour voir si la bouture reprend. Parfois ça marche (« Sage that she was burning » ou « Sorry kid » par exemple), mais souvent, pas du tout. Au niveau des textes aussi, Ben Howard a voulu tenter autre chose, prenant des faits divers ou historiques pour les réinterpréter, en donner son interprétation, souvent décalée. Et ça marche pas mal, mais sans qu’on comprenne forcément où il veut en venir. Et c’est ce déséquilibre, cette instabilité que je retiens de l’album au terme de son écoute. Aïe.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Vous ne trouverez pas de trace d’une quelconque ligne, d’une évocation du nom de Ben Howard sur Adopte Un Disque. Pourquoi ? Très franchement, je me le demande aussi à la lumière de « Noonday dream », troisième album du trentenaire. Car ceci est l’archétype du disque apaisant, beau, planant, qui fait un…
    Tags: d, ben, howard, qu, folk, pop, l, album, noonday, dream
  • 10000
    Cherry Glazerr est l’un de mes coups de coeur indie pop depuis la sortie de son premier album. Alors quand j’ai eu vent de l’échappée de son (ex) clavier Sasami pour un premier album solo, je me suis dit « pourquoi pas » ? Tout commence par une « I was a window » très…
    Tags: plus, pop, rock, titre, l, m, album, ne, folk, was
  • 10000
    Difficile pour un groupe de perdre un membre, d'autant plus quand celui-ci est également vocaliste. C'est du moins ce qu'on serait tenté de penser. Mais les anglais de Crippled Black Phoenix n'ont jamais fait les choses comme les autres. Musicalement, déjà. Le groupe de Justin Greaves, plus que jamais seul…
    Tags: plus, rock, se, ne, the, quelques, album, pop, titre, on
  • 10000
    Certains musiciens se contentent de peaufiner les mêmes formules à l’infini, grattent les mêmes cordes, tapent sur les mêmes peaux usées, pour un résultat similaire à celui de leurs aînés ou presque. D’autres en revanchent choisissent de s’éloigner de cette ligne, juste d’un pas ou deux, et c’est suffisant pour…
    Tags: on, se, d, c, l, qu, rock, pop, s, parfois
  • 10000
    Sixième album pour les américains de Mewithoutyou, un groupe qui a toujours voyagé au sein du large spectre rock. Tantôt rock alternatif, tantôt folk rock, tantôt indie rock, plus pop, plus expérimental, plus prog.... Concrètement, « Pale horses » est un peu de tout ça. Plus aventureux et furieux que « It's All…
    Tags: rock, plus, a, album, pop

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.