BELPHEGOR : Totenritual

En 2014, avec « Conjuring the dead », Belphegor avait placé la barre très haut. Ce onzième album n’a donc tout simplement pas le droit de décevoir les fans des autrichiens. Comme c’était très prévisible, le style du combo s’enfonce encore plus dans les méandres du death metal ; un son toujours plus grave, des riffs caractéristiques (même si quelques intonations black bienvenues viennent « égayer » l’ensemble), une ambiance plus lourde qu’un Godzilla avec squelette en adamantium… Belphegor conserve sa précision et sa force de frappe mais les oriente différemment, délaissant un peu la haine froide pour la sauvagerie pure. « Totenritual » n’a pas à en rougir, lui qui possède tous les atouts pour être porté aux nues, autant au moins que le précédent. Bon, ceci dit, moi je suis un peu comme la reine des neiges ; je préfère le froid de l’hiver au feu de l’enfer. Du coup, ce rituel de la mort m’amuse un peu moins qu’une fiesta nécromancienne. Mais je succombe tout de même à ce nouvel album assez facilement ; impossible de nier la puissance de feu acquise par nos brutes, et la (relative) finesse déployée pour donner une couleur inquiétante à leurs titres. J’en ressors juste avec un goût d’inachevé, une impression que « Totenritual » est plus compact et tourné vers l’efficacité, au détriment de la respiration et du charme (le terme est peut-être mal choisi) dont était porteur le précédent.

Site officiel

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Un peu comme Behemoth, Belphegor mélange death bourrin et black avec délectation; Et comme les polonais, les autrichiens ont fait attendre et trembler leurs fans à la suite de graves soucis de santé de leurs leaders respectifs. On s'attendra donc à une réussite flamboyante façon "The satanist" pour ce dixième…
  • 10000
    Ce nom me dit quelque chose... Ah, mais oui, j'avais déjà croisé les espagnols par le passé. Pourtant, je n'en ai pas gardé un souvenir impérissable. Alors forcément, l'assez grandiose "Enuma Elish" introductive, rappelant (mais peut être un peu trop) Septic Flesh me pose question. Et quand la suite débarque,…
  • 10000
    Aujourd’hui, mesdames et messieurs, on va s’exploser les tympans, mais s’exploser les tympans français. Et mieux que ça, personnellement, je vais le faire régional. Parce que quand on a des « locaux » doués comme Bliss Of Flesh, il faut en parler, les faire sortir du charbon, les polir dans le sens…
  • 10000
    Hate est bien moins médiatisé qu’un Vader ou un Behemoth. Mais il continue avec intégrité et passion à proposer un death black metal racé, puissant et riche depuis presque trente ans (ouais, 27, mais on va pas chipoter, si ?). Et ce « Tremendum », dixième album des furieux de Varsovie, ne…
  • 10000
    Infernal Majesty fait partie de ces formations qui savent et aiment bien faire les choses, mais les font leeeentemeeent. Ce « No god », quatrième brûlot du quatuor, sort après un long silence discographique ponctué de quelques timides sorties du bois. Et tenez vous bien, le groupe a 30 années de carrière…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *