BANKS : The altar

banks-the-altar-folkr-03

Banks fait partie de cette génération qui se fraie un chemin dans la musique en assumant complètement des influences indie autant que mainstream. En 2014, elle m’avait surpris avec un premier album mixant trip-hop, électro, indie pop et r&b. Deux ans plus tard, je suis curieux de découvrir la suite de son voyage. Autant vous dire que l’accueil réservé par la donzelle sur « Gemini feed », titre electro / r&b en mode mineur, me convainc assez pour m’engager davantage. Et si « Fuck with myself » est beaucoup moins orgasmique, heureusement la suite vaut le détour. On échappe certes pas à quelques titres un peu trop variété, mais l’ensemble se tient largement au-dessus du marasme commercialo-kitch dont nous abreuvent les ondes. « The altar » se situe à la limite des deux mondes, sur une corde raide, mais peut être apprécié des deux côtés de la barrière ; c’est malin, et c’est tout ce qu’on lui souhaite !

Paroles de l’album

Site officiel

Banks : Gemini feed

Related Posts

  • 10000
    Si je devais élire le style musical que je déteste le plus, j'avoue que j'hésiterais un peu, mais il y a de grandes chances que le R&B arrive en tête. Pourtant, depuis quelques temps, certains artistes jouent avec ses codes pour le pervertir, l'hybrider, l'amener sur un autre terrain. L'américaine…
  • 10000
    A l'inverse de certains petits camarades, je n'ai pas du tout vu arriver l'ouragan annoncé Karin Park. Du coup, ce premier album apparemment déjà très attendu n'en aura que plus d'impact sur votre serviteur. « Look what you've done », terrible titre electro-rock, installe une atmosphère sombrement pop, que « Shine » s'empresse d'alléger.…
  • 10000
    Poliça est une formation portée aux nues depuis quelques années par la presse musicale indie, et probablement à juste titre. C'est d'ailleurs pour ça que je me décide enfin à en découvrir un album. Alors bien sûr, je ne suis du coup pas armé pour juger de l'évolution du groupe.…
  • 10000
    Connaissant déjà un certain succès dans leur contrée d'origine, la Norvège, Highasakite nous parvient, les bras chargés d'une electro-pop qu'on nous promet bien calibrée. Ça commence d'ailleurs très bien avec « My name is liar » pas du tout marquée eighties mais résolument moderne, originale et dansante, presque tribale. « Samurai swords » se…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *