BANKS & STEELZ : Anything but words

anything-but-words-extralarge_1465503930907

Le rap, musique du siècle ? Oh non, n’y voyez aucune propagande, plutôt un certain constat : aujourd’hui, peu sont ceux qui n’ont jamais écouté et apprécié un titre, un album de rap. Et peu d’artistes, quel que soit leur horizon d’origine, ne s’y sont pas frottés, par goût ou roublardise. Ce soir, nous voici confrontés au premier cas. Paul Banks, ci-devant leader d’Interpol, n’a jamais caché son goût pour le hip-hop. Alors le voir débouler avec sous le bras une collaboration prestigieuse (RZA, même s’il a un peu perdu de sa superbe, reste un cador de la scène) et un album hybride n’est pas complètement une surprise. En revanche, j’avoue que je n’imaginais pas une si parfaite symbiose entre les deux artistes, les deux mondes. La noirceur de l’un et la science du groove de l’autre sont de plus assistés par un bon nombre de featurings loin d’être des gadgets. Impossible de ne pas accrocher dès « Giant » à ce délicat et passionnant mélange. Disons aussi que 3 ans de gestation, c’est une bonne raison d’avoir un produit fini qui tient toutes ses promesses. Alors rien que des mots ? Certainement pas ; il y a bien du génie ici, du talent combiné et magnifié par une prod’ qui n’oublie personne et par un équilibre, une disposition des titres qui rend l’album agréable de bout en bout et pas répétitif. Vraiment très bon !

Paroles de l’album

Site officiel

Banks & Steelz : Giant

Related Posts

  • 10000
    Le disque précédent des New Yorkais m'avait laissé sur ma faim. Trop contemplatif, pas assez franc, un peu trop plan-plan. J'en étais certes ressorti globalement satisfait, mais sans réel enthousiasme. Alors ce nouvel album éponyme ou presque (le titre est un anagramme) éveille en moi autant de craintes que d'espoirs.…
  • 10000
    Les New Yorkais d'Interpol étaient parvenus sur "Our Love To Admire" à rattraper leurs poursuivants, et par la même occasion leur retard, dû à un "Antics" trop téléphoné pour convaincre. Ils avaient donc pour mission avec ce 4eme album de maintenir le cap, de renouveler encore un peu leur style…
  • 10000
    Interpol m'avait tout bonnement soufflé avec son premier album noir comme la nuit "Turn On The Lights". Deux ans plus tard, j'étais parmi les nombreux déçus du groupe à l'écoute d'un "Antics" qui ne tenait que très peu ses promesses. A l'heure du troisième album déjà annoncé comme "plus lumineux",…
  • 10000
    Le premier Interpol m’avait séduit, hypnotisé, paralysé. Sa beauté froide, sa noirceur m’avaient fait traverser des contrées désolées avec un étrange sentiment de déjà-vu. Une impression de chez-soi qui met presque mal à l’aise, le chez-soi dont on rêve de s’enfuir mais auquel on revient toujours. Alors quand ce «…
  • 10000
    Le côté intimiste, mélancolique, riche en émotions sans pour autant renier sa facette rock pourrait nous amener à changer le titre de ce disque en "Turn Off The Bright Lights". Car on a pas envie qu'une lumière trop crue ne vienne nous gâcher le plaisir égoïste que l'on éprouve en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *