BA’A : Deus Qui Non Mentitur

Vous êtes d’accord ou pas, je m’en fous ; pour moi, l’âge d’or du black metal est derrière nous, il a eu lieu quand j’étais encore gamin, plongeant avec délice dans son gouffre et ses excès, dans les années 90, alors qu’il cherchait à s’extirper d’un passé trop proche du thrash et se réinventer à la fois par la démesure de l’intensité musicale et lyrique. Et Ba’A pense comme moi, nananère. Car c’est bien ce black roulant à tombeau ouvert les yeux écarquillés sur l’univers insondable qui le surplombe, qui fait la matière de ce « Deus qui non mentitur ». Ba’a est de ces groupes pour qui le message, le questionnement n’est pas une pièce d’apparat, permettant de se fondre dans le moule d’un style pour qui le décorum s’est peu à peu institutionnalisé. Non, ici, le texte est au coeur de la création, s’il n’en est le moteur. Qui s’y penchera aura matière à réflexion ; Ba’A étudie et dissèque la relation de l’homme au divin, quelle que soit la forme qu’on veuille bien lui donner, en retrace le besoin, en dépeint les conséquences. Vaste sujet, qui lui donnera probablement l’inspiration sur plus d’un album. Pourvu que ceux-ci soient aussi bons que ce « Deus qui non mentitur » qui, du début à la fin, emmène l’auditeur dans un maelstrom d’émotions dont il ne ressortira pas indemne. Il faut dire que, si le line-up complet est inconnu, la présence de Hreidmarr au chant est gage de qualité et de puissance d’évocation. Le reste, on s’en doute, suit le même chemin. Entre violence effrénée, longs développements atmosphériques, plans post hardcore, les quatre longs titres centraux (précédés d’une courte intro et suivis d’un superbe instrumental ambiant / horrifique) nous plongent au coeur d’un black subversif, intelligent et belliqueux, aussi intense que passionnant. Un très grand du black metal est né, espérons que son dernier titre (« Mort ») ne soit pas annonciateur de son futur !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Ah, ouais. Le black metal a grandi, quand même, depuis que j'en écoute... Oh, oui, je l'avais déjà remarqué, mais là, là, c'est plus qu'un constat, c'est une réalité d'une blancheur aveuglante. Glaciation est ce qu'on peut appeler un all-star band, pour peu qu'on puisse utiliser ce terme pour une…
    Tags: black, metal
  • 10000
    Groupe américain remarqué en 2011 avec son troisième album "Celestial lineage" qui oeuvrait dans le black metal atmosphérique, pour ne pas dire ambiant, Wolves In The Throne Room revient trois ans après avec une étiquette de challenger magnifique sur la scène black. Mais voilà, le duo a vite fait avec…
  • 10000
    Avec le black metal québécois, on sait souvent à quoi s’attendre ; une musique glacée et haineuse à souhait, avec une production rugueuse et froide, une certaine importance accordée aux ambiances, un mysticisme chevillé au corps, et des textes francophones. Une identité forte qui se traduit également par une démarcation sémantique :…
    Tags: black, s, d, metal, a, l
  • 10000
    Ok. La pop pour après-midi pluvieuse, l’electro triturée du ciboulot, les trucs dansants, savants, groovy, laissez ça à l’entrée avec vos illusions et vos espoirs. Parce que rien de tout ça n’a de droit de cité au sein de ce deuxième album des islandais. Svartidaudi pratique le black metal comme…
    Tags: l, s, a, metal, black, d
  • 10000
    Cela fait déjà un moment que Borgne s'est imposé en terre black industriel. Si le terme « glacial » est souvent utilisé sur les descriptions de disques de metal noir, il est ici loin d'être galvaudé. Pourtant, il prend une autre signification sur les œuvres de Borgne. Désincarnée, la musique du quatuor…
    Tags: black, metal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *