AVERSIONS CROWN : Xenocide

Formation australienne, Aversions Crown pratique un deathcore brutal et mélodique à la fois oeuvrant dans un univers de science-fiction. Original ? Pas vraiment. D’autres s’y sont déjà essayé, et ils sont d’ailleurs en tournée bientôt avec Rings of Saturn qui partage la même orientation. Mais au moins, on ne peut pas reprocher à ce troisième album de manquer de conviction et d’impact. Oui, « Xenocide » est très efficace. Par contre, il n’est absolument pas original. De cris de goret en bons gros growls, de rythmes cybernétiques en adoucissements bienvenus autant que convenus, de bourrinage intense en parties hyper composées et savantes, « Xenocide » est très appliqué mais parfaitement prévisible. Est-ce que ça lui enlève ses qualités ? Certainement pas. Les fans du genre seraient bien avisés de lui prêter une oreille attentive, car il a tout ce qu’ils sont en droit d’attendre d’un très bon disque. Bon, j’aurais bien aimé y trouver un peu plus d’éléments spatiaux, d’effets de ce genre, mais ça reste très bien tourné. Validé.

Site officiel

Paroles de l’album

Aversions Crown : Prismatic abyss

Related Posts

  • 10000
    Le jeune groupe deathcore de l'Illinois m'avait déjà positivement impressionné en 2011 avec son troisième album « The discovery ». Depuis, et avec regret, j'ai laissé filé un quatrième album ayant un peu divisé, faute de temps pour y jeter une oreille attentive. Je compte bien me rattraper avec ce cinquième opus.…
  • 10000
    Allier violence et subtilité, ce n'est pas donné à tout le monde, et c'est une voie difficile. C'est pourtant celle qu'ont choisi les australiens de Ne Obliviscaris. Et comme souvent dans ce genre musical (le metal progressif, bien que celui-ci soit extrême ici), on a affaire à un album-concept. Et…
  • 10000
    Tiens, des allemands signés sur Lifeforce ! Dingue, non ? Bon, passée cette surprise, et la constatation de la grande classe du patronyme du combo, que nous reste-t-il ? Du brutal, oui. Mais pas que. War From A Harlots Mouth, c'est comment vous décrire, un peu comme si Atheist copulait…
  • 10000
    Le fléau de l'Amérique Steve Austin nous revient avec un deuxième album toujours aussi virulent. Pour ceux qui ne connaîtraient pas ce groupe culte, voilà le topo: Today Is The Day pratique un punk hardcore coupé au grind avec des éléments noise, avec une voix la plupart du temps suraiguë…
  • 10000
    Dignes représentants d'un metal extrême français qui se porte de mieux en mieux, Inside Conflict frappe fort avec ce deuxième album où le death l'emporte sur le core. Ça sent le Entombed, du son (merci Steph Buriez, l'homme qui venait du froid, pour ce côté crade et rock si jouissif…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *