AUGUST BURNS RED : Guardians

Parmi la horde de formations metalcore américaines, ont trouve plusieurs écoles. Il y a les brutes, pensant que le salut passe par la surenchère. Il y a les mélodistes, pensant que tout est une histoire d’équilibre. Les scientifiques, qui pensent que plus c’est complexe, plus c’est intéressant… Bon, je vous la fait courte, August Burns Red se situe dans la deuxième catégorie, y œuvrant depuis 17 ans. Le groupe s’est bâti une réputation solide, et une fanbase en rapport, malgré quelques changements de line-up, notamment niveau vocalistes. Ce neuvième album continue à aller dans le sens d’un partage des tâches entre gros décibels et émotion palpable. A vrai dire, ceux qui ont aimé les précédents ne seront pas désarçonnés, puisque les changements ne sont pas légion. Ce qui, si on est un peu de mauvaise foi, permettra aux fans d’apprécier la constance du groupe. Les nouveaux arrivants, eux, ne manqueront pas de louer la maîtrise du groupe, sa sensibilité et sa propension à composer des titres à la fois brutaux et mélodiques. Et si vous faites partie des autres ? Et bien, ça dépendra de la façon dont vous êtes luné je pense ; si vous êtes dans un bon jour, vous pourriez apprécier de vous mettre sous la dent un disque « de genre » qui l’assume, ne vous prend jamais la tête et prend un malin plaisir à enchaîner les titres classiques et efficaces. Si on creuse un peu, on se rend compte que la mélodie est encore plus prégnante et mieux intégrée qu’avant, sans jamais renier le fait qu’il s’agit bien d’un disque metalcore (suffit d’écouter la voix, qui cède assez peu la place au chant clair). Pas de quoi crier au génie, d’accord, mais c’est déjà un petit changement appréciable. Quoi qu’il en soit, « Guardians » remplit parfaitement son cahier des charges et ne fait pas tâche dans le parcours du groupe, bien au contraire !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Cinquième album pour les canadiens de Protest The Hero, que j’avoue avoir un peu beaucoup perdus de vue depuis mes chroniques de « Fortress » et « Scurrilous ». Ah ben oui, 2008 et 2011, ça remonte quand même. Et pourquoi ce boudage ? Ce n’est pas du à la qualité des albums suscités. C’est…
    Tags: ne, metal, on, bien, chant, genre, dire, groupe, autres, album
  • 10000
    Nouvelle garde de la scène post hardcore / emocore allemande, Our Mirage est un jeune combo formé en 2017 qui sort déjà son deuxième album, après un premier opus très remarqué et partagé. Il faut dire que le style assez épuré et très centré sur l’émotion du groupe le fait…
    Tags: on, groupe, bien, plus, album, ne, metal, l, assez, paroles
  • 10000
    Jeune groupe du Maryland, Savage Hands sort aujourd’hui un second album metalcore / emocore / post hardcore conjuguant, comme ses petits camarades, énergie débordante et format pop assumé, pondant les titres à chantonner sous la douche comme Jul pond les fautes de français. Oui, je ne peux pas dire le…
    Tags: bien, ne, dire, album, titres, metalcore, metal, l, on, dont
  • 10000
    Post hardcore ? Metalcore ? Post hardcore ? On ne sait pas trop quel qualificatif donner à ce premier album de Deadthrone. Un peu de tout ça probablement. En tout cas, si ça ne sonne absolument pas original, c'est dans l'air du temps. Euh, pardon, je crois qu'on dit moderne. Enfin, bref, vous…
    Tags: ne, c'est, bien, album, trouve, post, hardcore, on, disque, s'agit
  • 10000
    J'ai pas mal écouté de metalcore, emocore, post-hardcore, encore et encore, parfois même en maillot de corps en mangeant du thon albacore. J'en voyais tellement arriver, de babord à tribord, qu'à la fin je me suis jeté par-dessus bord. C'est que les groupes avaient beau croire faire de la musique…
    Tags: plus, hardcore, punk, post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *