AUDIOSLAVE : Revelations

 

Audioslave : Revelations

Quelques années après l’annonce fracassante du rapprochement des survivants de Rage Against The Machine et Soundgarden, que reste-t-il du supergroupe Audioslave ? On peut en effet se le demander, tant la formation semble peiner à trouver une place et un son bien à elle. Même si les douze titres de ce troisième album sonnent moins « patchwork » que par le passé, on ne peut s’empêcher de réagir au quart de tour aux automatismes musicaux, tant dans le chant de Cornell que dans le son et le jeu de Morello. Et de se dire que, quand même, les séparations des deux combos précités nous ont fait perdre beaucoup et gagner pas grand chose. Car « Revelations » et sa pochette spatiale sont loin d’avoir les moyens de transcender l’auditeur. De bonnes idées ici et là, une voix magique certes, mais enfin, que tout cela reste plat et mièvre ! A quelques exceptions près (« Shape Of Things To Come », « Wide Awake », « Nothing Left To Say But Goodbye »), un coup pour rien.

Paroles de l’album

 

Site officiel

 

Audioslave : Revelations

Related Posts

  • 10000
    L'art est un éternel recommencement, et en musique, il est fréquent de voir resurgir des genres plus ou moins honteux, et en tout cas tombés en désuétude depuis quelques années ou décennies. Avec Black Income, il s'agit du grunge. Ce qui en soit est plutôt une bonne nouvelle. Oh, bien…
  • 10000
    A l'heure où Rage Against The Machine se reforme, à l'heure où on attend plus rien de l'hypothétique album de Zach de la Rocha, celui-ci nous revient avec un nouveau projet, en compagnie de l'ex-batteur de The Mars Volta, Jon Theodore. One Day As A Lion, donc. Impossible de ne…
  • 10000
    Archétype de l'album maudit, ce « Is today tomorrow ? » est l'enfant de trois musiciens talentueux, ex No One Is Innocent première période, abandonnés par leur chanteur pour une carrière solo qui ne décollera jamais. Enregistré à la fin des années 90, sorti au début des 2000 dans une confidentialité terrible, il…
  • 10000
    A l'étroit au sein de Velvet Revolver, Slash nous offre ici un vrai premier album solo. Certes, Snakepit était sa bête, mais il s'agissait d'un groupe. Ici, il se paie le luxe d'appeler à la rescousse quelques amis pour habiller vocalement ses titres : Ozzy, Ian Astbury, Fergie, Chris Cornell,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *