ARMSTRONG, Craig : It’s nearly tomorrow

CraigArmstrong_ItsNearlyTomorrow

Ca fait un petit moment qu’on a pas eu l’occasion d’entendre un vrai nouvel album de l’écossais surdoué Craig Armstrong. Surdoué ? Oui, car seize ans arès sa sortie, « The space between us » reste toujours un monument de trip hop cinématographique et mélancolique. Et si « As if to nothing » suivait un peu trop le même fil conducteur, il avait au moins le mérite d’installer un style et une personnalité musicale attachante et unique. Le moins qu’on puisse espérer c’est que ce troisième album studio après divers projets purement cinématographiques nous ramène sur le même territoire. D’entrée, l’instrumental « Outside » nous rassure : les cordes tragiques très familières nous accueillent. « Dust » accueille la voix soyeuse de Jerry Burns pour un moment de pure beauté. C’est ensuite reparti pour un instrumental pur jus. Deuxième participation féminine (de Kathy O’Halloran) sur la un peu trop prévisible « Strange kind of love » qui se contente de faire le job. « Désolé » débute comme un titre de dark ambiant pour se développer en mélopée trip hop / neo classique comme M. Armstrong en a le secret. « Crash » voit cette vieille trogne de Brett Anderson minauder sur un instrumental mou du genou. Le reste de l’album navigue entre titres classiques et pop songs mollassones. Au final, « It’s nearly tomorrow » comporte trop de redites et de titres moyens pour pleinement convaincre. S’il comptait 5 ou 6 titres de moins, il serait peut-être plus réussi. Là, il reste un bon disque manquant d’envergure.

Site officiel

Craig Armstrong : Crash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *