ARCHITECTS : For those that wish to exist

Mine de rien, Architects affiche une belle longévité. Actif depuis 2004, le groupe de metalcore anglais en est aujourd’hui à son neuvième album studio. On pourra y voir la raison d’un léger virement de bord sur ce nouvel opus, globalement plus mélodique (particulièrement pour la voix) et plus varié, riche (au niveau instrumentation). Ou bien est-ce encore un dommage collatéral, une réaction au décès de Tom Searle, frère d’armes et/ou frère tout court, en 2016 ? Quoi qu’il en soit, « For those that wish to exist » s’écarte un peu de la voie tracée par Architects depuis ses débuts. Ce qui en chagrinera certain(e)s, car de fait, le groupe se rapproche plus ici de ce qui se fait ailleurs. On a donc affaire à un metalcore emo qui, bien sûr, sait toujours faire parler la poudre, mais le fait beaucoup moins souvent, moins âprement, différemment (le groove est plus présent) et préfère les ambiances surproduites et enrichies en orchestrations grandioses. Ce qui a son charme, je ne vais pas le nier. A part ça, « For those that wish to exist » est un disque de combat. Le groupe, et particulièrement Dan Searle, responsable des textes, y appelle à la résistance, la lutte, contre le système, contre soi-même, de façon à, peut-être, parvenir à continuer à exister demain. Il est certain que les perspectives d’évolution de l’humanité ne vont pas en s’éclaircissant, c’est un constat partagé par beaucoup. Il existe donc une certaine nuance entre le message, assez pessimiste (mais porteur d’espoir) et la musique un peu plus lumineuse mais toujours puissante et mélancolique. Quand on fait le bilan, ce nouvel opus est assez équilibré ; c’est bien pour cela que je ne critiquerais pas vertement la nouvelle direction prise. Oui, c’est plus poppy, mais ça reste mesuré, et l’expérience du combo va dans le sens d’un dosage parfait entre les éléments. Oui, c’est un style qu’on peut croiser chez les suiveurs, mais pas avec ces moyens ni cette conviction. On retrouve quelques jolies participations ; Winston McCall de Parkway Drive sur la très bonne « Impermanence », Mike Kerr de Royal Blood sur « Little wonder », très convaincante aussi mais qu’on aurait imaginée plus colorée rock, et enfin Simon Neil de Biffy Clyro sur la bien heavy « Goliath ». Le bilan de ce retour est plus que positif, au final les adoucissements passent très bien au vu des qualités des titres offerts.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Tiens, revoilà les américains de Currents ! Et...non, attendez… avec le même chanteur ! Bon, sans blague, ça me fait très plaisir de voir que le covid ou l’adversité n’aient pas eu raison de ce combo du Connecticut, qui m’avait pas mal impressionné avec son disque précédent (que vous pourrez…
    Tags: plus, on, c, y, ne, groupe, d, se, s, l
  • 10000
    Formé sur les cendres de deux petits groupes underground, The Blackout Argument est allemand et fait dans le métalcore émo. Jusqu'ici, rien d'exceptionnel, surtout pour un label comme Lifeforce, fournisseur officiel de métalcore européen. Que possède donc cette nouvelle formation que n'ont pas ses camarades ? Efficace, pas pleurnichard pour…
    Tags: ne, toujours, groupe, punk, fort
  • 10000
    Ok, je suis légèrement à la bourre pour celui-ci. Pour ma défense, je n'étais pas sûr de le publier. Pourquoi ? Parce que, si je le trouve plutôt très bien ficelé, il y a également ici quelque chose de très poppy, d'un peu convenu qui me dérange. Pour être clair, Noija…
    Tags: plus, a, bien, metal, groupe, ne, l, oui, beaucoup, fort
  • 10000
    Tragic Hero Records est une petite structure. Petite mais dont sont issues quelques formations qui y ont grandi avant de s'en extirper et prendre leur envol : A Skylit Drive, Motionless In White, Graves Of Valor, Iwrestledabearonce. Du coup, on peut voir les choses de deux façons. La pessimiste ; ce label…
    Tags: plus, a, bien, oui, emo, opus, ne, on, y, se
  • 10000
    Post hardcore ? Metalcore ? Post hardcore ? On ne sait pas trop quel qualificatif donner à ce premier album de Deadthrone. Un peu de tout ça probablement. En tout cas, si ça ne sonne absolument pas original, c'est dans l'air du temps. Euh, pardon, je crois qu'on dit moderne. Enfin, bref, vous…
    Tags: ne, bien, post, hardcore, on, assez, metal, metalcore, emo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.