ARCADIAN CHILD : Protopsycho

Arcadian Child est chypriote, et apparemment son rock psychédélique a été influencé par sa position géographique, à la rencontre de la culture occidentale et orientale. C’est du moins le constat que l’on peut effectuer à l’écoute de ce « Protopsycho », troisième album du groupe. « Snakecharm » affiche déjà cette volonté de métissage, entre le desert rock / stoner ricain (Arcadian Child n’est pas signé pour rien sur un label californien) et les parfums mélodiques orientaux. Un titre qui peut rappeler certains titres de The Tea Party, avec cependant un chant moins haut en couleur qui fait une apparition éclair, juste histoire d’habiller le centre du morceau. « Wave high » suit la même voie, avec un peu plus de voix, et un mélange vraiment bien dosé qui fait voyager sans jamais bousculer l’auditeur, placé dans un état second par la mélodie. « Sour grape » se fait plus sombre ; il me fait penser à une version plus « enfumée » de Tool ; très réussi en tout cas. En revanche, la suivante, « The well » (et ce malgré l’explosion de fuzz en fin de parcours) me paraît un peu trop monotone et à tendance à me faire regarder ma montre. Nous voici parvenus à la moitié de l’album. C’est le moment que choisit Arcadian Child pour nous livrer le single « Bitter tea », semi-ballade obsédante. « Bodies of me » débute de façon beaucoup plus classique, presque rock n’ roll, et apporte un refrain simple et efficace. Sur « Raising fire » également, les influences sont plus typiquement desert rock. Bien sûr, ça reste toujours catchy, mais, habitués à plus d’exotisme, on reste un peu sur sa faim. Enfin, « Protopsycho » clôt l’album avec une ambiance proche de « Sour grape » croisé plus tôt, avec un parfum Baroness plus affirmé. On a donc ici un bon disque du genre, même si un peu trop timoré parfois.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Mother Island est un combo pratiquant un style entre surf rock, garage rock et rock psychédélique. Un style qu'on s'attend à trouver de l'autre côté de l'Atlantique ou au moins de la Manche. De l'autre côté des alpes, moins. Car c'est bien d'Italie que nous vient le groupe. Surprenant, mais…
    Tags: bien, rock, on, plus, psychédélique, the, album
  • 10000
    Le rock psychédélique a le vent en poupe, mais Elephant Stone n’a pas attendu cette nouvelle hype pour s’exprimer au travers du genre. C’est d’ailleurs bien avant la formation de ce groupe canadien que son géniteur, Rishi Dhir, lui a cédé son âme, l’insufflant au sein des High Dials, sa…
    Tags: l, rock, a, on, bien, plus, pop, n, psychédélique
  • 10000
    Il y a quelques années, les hérauts de la musique occidentale s’en sont allés piller des idées et sonorités exotiques. Puis ces contrées et cultures se sont retrouvées liées à un mouvement dit psychédélique. Et puis l’industrialisation et la médiatisation ont fait leur œuvre. Si bien qu’aujourd’hui, juste retour des…
    Tags: d, on, l, bien, rock, plus, psychédélique, a, c, pop
  • 10000
    J’avais raté le premier album éponyme de ce projet parallèle de deux membres émérites d’une scène anglaise jamais avare en bonnes surprises, j’ai nommé Ian Skelly (de The Coral) et Paul Molloy (des Zutons). Voici une erreur que je ne reproduirai pas. Ces gars, avec leur cv de savants fous,…
    Tags: d, l, rock, bien, on, plus, the, album, n, pop
  • 10000
    Il serait un peu déplacé de qualifier Heron Oblivion de « supergroupe ». Pourtant, ses membres ont traîné au sein de pas mal de formation rock, assez indé en général mais pas moins dotées d'intérêt, parmi lesquelles je citerai Comets On Fire, ma préférée. Bref. Tout ce petit monde s'est réuni en…
    Tags: rock, album, on, plus, a, reste, psychédélique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *