ALEX THE ASTRONAUT : The theory of absolutely nothing

Alex The Astronaut est le projet solo d’Alex Lynn, jeune australienne ayant lancé ce projet en 2016 et ayant déjà été remarquée par la scène musicale et médiatique de son pays grâce à deux ep et une poignée de singles réussis. Des faits d’armes qui lui ont même permis d’être soutenu par Elton John, ayant flashé sur son single « Not worth hiding » (même s’il faut bien le reconnaître, il s’est plutôt raccroché au wagon qu’autre chose). Niveau style, on se situe dans une folk très pop, qui va bien sûr s’abreuver à des sources plus electro ou indie pop, mais conserve une relative pureté, ou simplicité au moins. La production des titres, assez enveloppante, contraste je trouve avec la voix d’Alex, plus brute et vraie, toujours juste mais pas vraiment taillée pour les charts. Cette voix assez reconnaissable fait d’ailleurs une partie du charme de ce premier album. Un peu comme si Kimya Dawson lâchait le lo-fi pour faire produire ses titres chez Universal, mais sans toucher à l’âme de ses titres. Étrange ? Pas tant que ça. A l’écoute, ça conserve donc une certaine fraîcheur indie, voir underground, mais avec une rondeur qui rend chaque titre hyper digeste. Bon, la jeune femme a beau être dix ans plus vieille que ça, « The theory of absolutely nothing » sonne tout de même comme un disque d’adolescent (adulescent ?), plein de questionnements, d’incertitudes, de réflexions sur l’amour, l’amitié, les relations humaines en général… la vie, quoi. Et vous savez quoi ? Ça fait du bien de se payer une bonne tranche de vie telle qu’on l’a connue il y a quelques années, même par procuration, une fois de temps en temps. Alors j’adopte sans mal ce disque, et vous le recommande chaudement !

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    En 2016, Jil Bensenior nous prenait à revers en se transformant ; de sa folk pop anglophone douce et rêveuse, il ne gardait pas grand-chose, préférant verser dans une electro pop chanson en français. D'abord décontenancé, j'ai appris à apprécier ce nouveau mode d'expression, même si je lui préférais le précédent,…
    Tags: on, se, a, déjà, bien, lui, qu'on, pop, the, chose
  • 10000
    En 2016, « Masterpiece » arrivait sur ma platine sans s’annoncer. Je l’accueillais sans me méfier, et sans en attendre plus que ce qu’il avait l’air d’être ; un sympathique petit disque indie rock convenu mais récréatif. Et puis, hop, sans être une révélation, il s’est révélé être un peu plus que ça.…
    Tags: on, disque, plus, pop, l, m, rock, indie, se, titres
  • 10000
    En 2017, avec « America », Juanita Stein accouchait d’un disque laid back folk joli mais pas transperçant non plus. Une petite année plus tard, la revoici avec, euh, c’est quoi ça ? Un album, un ep ? Je serai tenté de pencher pour la première solution. Les disques d’une demi-heure sont en train…
    Tags: plus, l, the, album, a, folk, pop, rock
  • 10000
    Troisième album pour le trio folk pop rétro The Lone Bellow. Le groupe a déménagé de Brooklyn à Nashville. On pourrait dire que ça s’entend, mais il n’y a finalement rien ici qui ne soit pas déjà inscrit dans l’ADN du groupe depuis ses débuts. Assez coté par chez lui…
    Tags: the, a, l, disque, on, bien, chez, assez, album, folk
  • 10000
    En 2012, Trapper me faisait passer un bon moment folk pop country rock avec son troisième album, gentiment envoyé par un label. Pas la rencontre d’une vie, mais j’en ai gardé un souvenir assez bon pour que cette sortie soit passée dans ma liste d’écoute. Et vous savez quoi ? On…
    Tags: on, rock, album, a, vie, l, cette, the, âme, y

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *