Albin de la Simone : L’un de nous

Ok, je l’avoue, je ne suis pas très ouvert aux richesses de la chanson française. Je ne vais pas vous mentir, ce snobisme frôle même la bêtise. Je suis le plus souvent persuadé que la scène française est peuplée d’artistes mièvres et doucereux. Oh, bien sûr, certains trouvent tout de même grâce à mes oreilles : Manset, Sheller, Boogaerts, Dominique A… Et puis, il y a quelques temps, je tombe sur « Le grand amour », premier single de ce cinquième album de l’amienois. Et je tombe sous le charme. La voix qui évoque un Boogaerts, la mélancolie, le côté soyeux des orchestrations, le thème intime et l’écriture pudique, tout me plaît. Je décide donc de me lancer à l’assaut de ce disque. C’est avec un plaisir indicible que je me vois accueilli par ledit single. « Dans la tête » fait la transition avec un style plus léger mais non moins classieux et bien écrit, que « Des chiens sans langue » confirme. « Une femme » me paraît un peu trop facile, mais reste très agréable à l’écoute. « Embrasse ma femme », en revanche, tragi-comédie qui ne sait choisir son côté de la barrière, me laisse froid. « A midi on m’a dit » me fait hélas le même effet, même si le refrain pourrait me faire changer d’avis. En revanche, la délicatesse de « La fleur de l’âge » m’emporte assez facilement. Par la suite, la légèreté reprend les rênes et m’éloigne un peu du rivage. Alors, déçu ? Non, pas vraiment. Je suis heureux que mes préjugés aient un peu vacillé. J’aurais aimé être tout à fait conquis, et si ce n’est pas le cas, on est tout de même bien loin de l’image gnan-gnan que je m’en faisais : impossible d’en nier les qualités !

Paroles de l’album

Site officiel

Albin de la Simone : Le grand amour

Related Posts

  • 10000
    Dans ce troisième disque, Mathieu Boogaerts l'autodidacte nous livre des ritournelles simples et touchantes, puisant leur inspiration un peu partout dans le monde, portées par une voix douce, presque enfantine, et des textes faussement naïfs. La folk, le reggae, la chanson et les rythmes africains chers à l'ex compagnon de…
  • 10000
    Plus question de rater un disque de Dominique A, affirmai-je en moi-même il y a quelques années. En 2012, avec « Vers les lueurs », cette volonté ne se trouvait que décuplée. Sorte de disque-bilan, ce dernier laissait entrevoir un futur différent. Et je ne m'étonne donc pas de retrouver l'artiste avec…
  • 10000
    Je goûte très peu de chanson française. Ou plus exactement, je suis très sélectif. Gourmet ? Non. Toujours est-il que trouver un album qui me plaise dans ce genre relève de l'exploit. Pourtant, certains y parviennent. Pour cela, il leur faut user de stratagèmes retors ; détourner les codes de la chanson,…
  • 10000
    Ok, je ne suis pas vraiment le cœur de cible de Coeur de Pirate. Jusqu'ici, je la voyais comme une sensation du moment, gentillette mais aussi loin de mon univers qu'un Christophe Mae. Bien sûr, je trouvais son petit minois bien mignon, et sa voix mutine assez sexe, mais à…
  • 10000
    Jil Is Lucky, pour moi, ça restait l'emblématique (et très réussi) « The wanderer », fulgurance pop folk en forme de tube imparable. J'étais donc à cent lieues, en recevant ce troisième album, de m'imaginer le virage décisif que celui-ci prendrait. Car de pop folk, il n'en est plus du tout question…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *