AL-NAMROOD : Wala’at

Faire du black metal quand on vie en Arabie Saoudite, c’est autre chose que chez nous, bien douillets en Europe, sans risquer grand-chose d’autre qu’un regard en coin de ses voisins. Al Namrood pratique un genre hybride entre black et thrash metal avec des influences punk et musique orientale depuis 2008. Ses membres conservent l’anonymat pour préserver non moins que leur tête sur leurs épaules. « Walaat » est leur septième album ; on peut dire que l’adversité inspire le trio. Et pourtant, autant la composition que l’enregistrement, le mixage et la diffusion sont autrement plus difficiles pour le groupe… Bref, ce nouvel opus s’attaque toujours à la religion islamique avec la même virulence et les mêmes ingrédients. Leur musique peut dans un premier temps surprendre, non pas par son utilisation des instruments et sonorités traditionnelles mais par le positionnement de son chant en particulier ; assez thrashy avec des intonations punk, il est assez éloigné de ce qu’on entend / attend dans le genre. Et d’ailleurs, musicalement, on est pas non plus dans le black metal « à l’européenne », et pas plus d’ailleurs dans celui des voisins Melechesh, qui bénéficient de moyens et libertés bien plus importants. On sent qu’ici tout est plus expérimental, plus roots, ce qui donne un certain charme mais peut aussi rebuter les moins ouverts. Curieusement, et même si le but n’est aucunement ici de faire des concerts, les titres sont assez directs et efficaces. On peut certes trouver que l’air de famille entre chacun d’eux est assez fort, trop peut-être, mais pour nous, ce disque est tout de même porteur d’un côté exotique plaisant, jusque dans l’artwork qui peut nous paraître anecdotique mais à la portée assez lourde dans le pays d’origine de Al-Namrood.

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Nombreux l'ignorent, mais Israël est la terre d'accueil d'un des 50 meilleurs groupes de metal de ces dernières années ; Orphaned Land. Six ans après « Mabool », le groupe revient nous abreuver de son metal oriental riche en messages d'espoir et d'appels à la paix. Ce qui ne transparaîtra pas forcément…
    Tags: metal, groupe, plus, on
  • 10000
    A l'écoute de cet album, deux choses sont difficiles à croire, et pourtant avérées ; 1/ Yugal est breton, 2/ « Chaos & harmony » est autoproduit. C'est là qu'on se rend compte des progrès de la scène autant que de la technique. Yugal, donc, est un quintette qui semble apprécier autant le…
    Tags: plus, autant, album, paraître, certes, disque, metal, thrash, pourtant, difficiles
  • 10000
    En rayon world metal, les israeliens d'Orphaned Land creusent depuis quelques années le sillon d'une musique apatride et pacifiste, certes chargée des influences de ses origines orientales mais n'hésitant pas à ratisser plus large, histoire de varier les ambiances et amener des respirations à ses titres souvent longs et épiques.…
    Tags: on, bien, metal, titres, non, plus, certes, côté, genre, album
  • 10000
    Quand on jette un coup d’oeil, même rapide, à la pochette de ce premier album, on se doute bien qu’on va y trouver des influences orientales. Et lorsque le premier titre vient faire souffler sur nous le vent chaud du désert, on est pas que confortés, pas que rassurés, on…
    Tags: on, d, qu, black, n, l, premier, c, metal
  • 10000
    Depuis ma première rencontre avec les américains de Nile, en 2002 avec l'illustre « In their darkened shrines », je n'ai pas vraiment laissé de (deuxième) chance au groupe de me séduire. Pourquoi ? Parce qu'il m'a profondément déçu. Le concept du groupe centré sur l'égypte et son folklore m'avait séduit bien avant…
    Tags: groupe, metal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *