ABORTED : Terrorvision

Et de dix pour le gang de Waregem. En quelques années, le groupe a réussi le tour de force de s’installer durablement parmi les cadors de la scène, et ça ne doit pas être facile quand on vient du plat pays. Et comment il a fait ? En sortant des disques qui crachent un feu soutenu et une rage inextinguible. « Terrorvision » ne peut se permettre d’être très différent. Riffs sauvages et techniques, alternance de vocaux death et black, influences thrash et core, ambiances rehaussées par des claviers, brutalité de tous les instants contrebalancée par une multitude de petites mélodies. Intense et moderne, « Terrorvision » ne sort certes pas de lapin de son chapeau mais fait son job à la perfection. Avec ses vingt trois ans d’expérience, Aborted ne s’en laisse pas compter et signe un disque absolument énorme qui comptera dans sa discographie tant il synthétise toutes les qualités du groupe : ça tabasse, les soli sont monstrueux, les mélodies bien présentes, c’est épique, c’est dans l’air du temps, aïe aïe aïe on en prend plein les gencives. On pourrait certes regretter, justement, cette agression constante qui aurait de quoi rendre épileptique un Laurent Voulzy, mais bon, moi j’aime ça. Donc je valide à 100 % !

Site officiel

Paroles de l’album

Aborted : Squalor opera

Aborted : Vespertine decay

Related Posts

  • 79
    Vous êtes d’accord ou pas, je m’en fous ; pour moi, l’âge d’or du black metal est derrière nous, il a eu lieu quand j’étais encore gamin, plongeant avec délice dans son gouffre et ses excès, dans les années 90, alors qu’il cherchait à s’extirper d’un passé trop proche du thrash…
    Tags: d, l, s, a, black, metal, coup, foudre, homme, jeune
  • 75
    Des albums live, vous en avez déjà vus beaucoup sur ces pages ? Cherchez pas, je vous donne la réponse : c'est non. Je n'aime pas les albums live. Pas trop les concerts non plus, d'ailleurs, car je suis assez attaché à la pureté du son, et donc souvent déçu par le…
    Tags: on, groupe, moi, prend, regretter, pourrait, cette, ne, certes, quelques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *