YE BANISHED PRIVATEERS : Hostis humani generis

Vous avez kiffé la bande originale de Pirates des Caraïbes ? Les jambes de bois, ça vous fait fantasmer ? L’été, vous préférez porter le tricorne plutôt que le bob ricard ? Et pour vous, il n’y a pas plus désaltérant que le rhum ? Alors embarquez bougres de rats de cale, Ye Banished Privateers est fait pour vous ! Bon, ok, de la musique de pirate, on en connaissait déjà quelques défenseurs, mais ils se situaient plutôt en territoire metal, Alestorm en tête. Ici, exit les gros riffs et les vocalises typiquement heavy ; les suédois n’oeuvrent que pour les chansons de pirate. Alors bien sûr, il doit y avoir pas mal de velus dans le lot, puisque le groupe est même signé chez Napalm… Mais ça ne s’entend vraiment pas. Oh, attendez ; vous pensez vraiment que les chansons de pirate sonnaient aussi bien ? Ok, peut-être pas. Parce qu’avec ses trente membres se relayant derrière le micro, les choeurs et les instruments traditionnels, son emphase et sa musicalité quatre étoiles, « Hostis humani generis » n’a même pas une tronche de bande son de très bon film de genre, il a une tronche de comédie musicale. Comprenez qu’il se suffit à lui-même tellement il est bon. Dans son genre, hein, s’entend. Parce que si un épisode de « Jake et les pirates du pays imaginaire » (y’a des parents dans la salle ?) vous fait fuir, ici vous allez faire une overdose. En effet, si les quatorze titres sont plutôt diversifiés, des plus enlevés aux ballades, 54 minutes peuvent paraître une éternité si on accroche pas au genre. Mais si c’est le cas, il y a de quoi se régaler, car chaque chanson est parfaitement calibrée et fait mouche ! J’ignore si les trois premiers étaient du même tonneau, mais ce quatrième opus est un grand cru !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Formé dans l'Indiana selon une formule assez inédite sinon rare puisque le groupe compte une violoncelliste à plein temps, Murder By Death s'inscrit dans une scène country alternative alors en pleine expansion au début des années 2000 aux USA. « In bocca al lupo », son troisième album, nous arrive en 2006…
  • 10000
    Devenir parent, ça change la vie. On s'en rend compte immédiatement par les choses les plus évidentes ; les nuits, les couches, les interactions qui petit à petit se multiplient, et l'attachement animal entre nous et notre progéniture. Mais insidieusement, pas mal d'autres bouleversent notre vie à l'insu de notre plein…
  • 10000
    L'increvable Hans Zimmer, décidément beaucoup courtisé ces derniers temps, nous livre l'une de ses partitions les plus originales avec la musique de ce « Sherlock Holmes » nouveau. Influences tziganes, ambiance corsaire à la « Pirates des caraïbes » et automatismes du monsieur s'y entrechoquent pour faire naître une ambiance à la fois mystérieuse…
  • 10000
    En 2015, « Darling arithmetic » avait été une bouffée de poésie, d’élégance et de beauté. L’irlandais Villagers y confirmait tout le bien qu’on pensait de lui tout en approfondissant encore sa démarche créative par le biais de plus d’hybridation de pop, folk rock et éléments électroniques. En toute logique, j’espérais retrouver…
  • 10000
    Mimicking Birds est un combo de Portland assez difficile à cataloguer. Il emprunte au folk rock quelques tournures et effets, au prog son côté élaboré sans ses manières précieuses, à l’indie pop son charme délicat. Ce troisième album confirme tout le bien qu’on avait pu penser des américains sur ses…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *