WITCHES OF DOOM : Funeral radio

Jaaamais entendu parler de Witches Of Doom, combo italien qui en est pourtant à son troisième album. A vrai dire, je serai facilement passé à côté si My Kingdom Music ne m’avait pas envoyé un mail pour me rappeler son existence. Et le label a beau être très discret, il a souvent su me surprendre par ses choix sûrs en matière de rock sombre, quel que soit son obédience. Attention, je ne vous vends pas la huitième merveille du monde ; Witches Of Doom produit un style entre doom, gothic metal et stoner, assez classique dans sa forme. Mais il le fait très bien. Parce qu’au travers de ce disque, il allie à la fois des qualités d’écriture certaines, un amour évident des styles sus-cités et une science du mariage assez poussée. Les gars ne sont pas des débutants, ça s’entend. Et ils semblent se ficher complètement de la manière dont ils seront perçus ; trop vieux pour courir après la gloire, mais pas assez pour s’adonner au 100% nostalgique, ils ont bâti un style qui est le leur et qu’ils maîtrisent sur le bout des doigts, en ayant peaufiné chaque détail avec amour et dévouement, en prenant les leçons du passé et les mettant à profit pour le présent. Et ça, ça paie. Savoir pondre des titres comme « November flames », c’est pas à la portée de tout le monde. Mais une fois mon chouchou mis de côté, il reste une tripotée de chansons aux arrangements chiadés, portées par des musicos pour qui la pratique passe avant l’apparat. « Funeral radio » est un album simple mais jouissif, où tout coule de source. Ça fait du bien parfois de se laisser porter par la musique.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    Passé 50 piges, l’idée de sortir un disque solo caresse Kirk Windstein. Pourquoi si tard ? Ceux qui se sont déjà frotté à Crowbar ou Kingdom Of Sorrow savent que le bonhomme se bat contre ses démons depuis pas mal d’années déjà. Ce « Dream in motion » répond donc probablement à un…
  • 10000
    En 2008, « Night eternal » m’avait convaincu que le groupe portugais avait encore des choses à dire dans la catégorie gothic doom. Il marquait en tout cas une volonté de revenir à un genre plus mordant et grandiloquent. Depuis, Moonspell a apparemment bifurqué vers un style plus empreint de symphonies et…
  • 10000
    Draconian a beau œuvrer au sein de la scène gothic doom depuis 20 ans sous des formes plus ou moins musclées, je n'y ai jamais été confronté tout au long d'un album. Je me souviens vaguement les avoir croisés sur une ou deux compilations metal, sans d'ailleurs en avoir gardé…
  • 10000
    Le metal extrême scandinave n'est pas vraiment un genre en voie de disparition, de nouveaux groupes apparaissent tous les jours, et on a de plus en plus de mal à dénicher le groupe valable parmi les dizaines de formations de seconde zone. Les Finlandais de Ghost Brigade, eux, se sont…
  • 10000
    On a pas trop de mal à s’imaginer, en contemplant la pochette de ce cinquième album du duo américain Bloody Hammers, la teneur de ce disque ; un heavy doom bien rétro aux paroles inspirées des films d’horreur eighties. On est pas loin de la vérité. Le côté gothique très prononcé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *