WHITEHORSE : Panther in the dollhouse

Whitehorse, c’est l’histoire d’une rencontre. Celle des sensibilités de Melissa Mc Clelland et Luke Doucet, tous deux musiciens à la trajectoire déjà établie. Une rencontre tellement forte qu’elle s’est traduite autant sur scène que hors scène. Le duo choisit un nom en rapport avec sa contrée d’origine (Whitehorse est une petite ville canadienne), et produit des disques folk rock. « Panther in the dollhouse », c’est le petit cinquième. Au bout d’un moment, la musique a ce caractère routinier qu’il vaut mieux éviter si on veut tenir la distance, et on cherche à renouveler la formule pour apporter un peu de piquant. C’est au travers d’ambiances plus « grand angle » et d’ajouts electro-pop somme toute assez subtils que la paire pimente son quotidien musical. Et sans être révolutionnaire, ça marche assez bien. Des titres comme le mélancolique et enveloppant « Epitaph in tongues », le haut en couleurs « Trophy wife », le sautillant « Pink kimono », les tubesques « I can’t take you with me » et « Nighthawks »… Whitehorse ne cherche pas à être original à tout prix, mais sa conviction et son talent suffisent souvent à emporter la mise. Quelque part entre folk rock, pop et electro-pop, Whitehorse trouve un second souffle assez convainquant pour nous tenir en haleine jusqu’au bout de ce nouvel album.

Site officiel

Paroles de l’album

Whitehorse : Nighthawks

Related Posts

  • 10000
    Sixième album pour les américains de Mewithoutyou, un groupe qui a toujours voyagé au sein du large spectre rock. Tantôt rock alternatif, tantôt folk rock, tantôt indie rock, plus pop, plus expérimental, plus prog.... Concrètement, « Pale horses » est un peu de tout ça. Plus aventureux et furieux que « It's All…
  • 10000
    Miranda Lee Richards n'a jamais fait partie jusqu'à présent de mon spectre musical. Parce que la dame s'est principalement fait connaître par le biais de ses collaborations avec Brian Jonestown Massacre, dont je n'ai jamais vraiment exploré l'univers. Et que si cet album est sa troisième œuvre en solo, les…
  • 10000
    Nous sommes à l’ère de l’image. Les images conditionnent ce qu’on mange, ce qu’on aime, ce qu’on veut, dirigent nos vies. Le premier album de Lydia Ainsworth affichait une image à la fois belle et sombre, comme une invitation à la mélancolie. Je ne pouvais la refuser, et je ne…
  • 10000
    Retour de l'ex mannequin californienne sous des cieux toujours aussi peu en accord avec le climat de sa région d'origine. Car ici, une fois de plus, l'ambiance est orageuse, menaçante ou pluvieuse. De la tension, de la mélancolie, le tout porté par la voix cristalline d'Hannah, au timbre assez classique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *