WHITE WINE : Killer brilliance

Certains musiciens se contentent de peaufiner les mêmes formules à l’infini, grattent les mêmes cordes, tapent sur les mêmes peaux usées, pour un résultat similaire à celui de leurs aînés ou presque. D’autres en revanchent choisissent de s’éloigner de cette ligne, juste d’un pas ou deux, et c’est suffisant pour plonger la musique dans une autre dimension. White Wine est complètement dans ce trip. On y croise des influences et éléments qu’on peut aisément reconnaître (rock industriel, electro pop, kraut, pop, post punk), mais leur amalgamation est assez inédite pour qu’on identifie immédiatement White Wine comme un groupe culte. Celui qui se cache derrière ce patronyme dont on ne sait que penser (et qui sied assez mal au groupe, il faut le dire), c’est un homme à tout faire de l’indie, de ceux qui flairent les bons coups et traînent avec les bonnes personnes au bon moment. Enfin, vous penserez peut-être ça si vous kiffez les styles déjà exotiques de Menomena, 31knots ou Tu Fawning. Et si ce n’est pas le cas (ou à la limite, juste pour le deuxième, excellent), pas de panique, parce que White Wine, c’est encore autre chose. Oh, oui, on y reconnaîtra (parfois) le style de jeu du bonhomme, et à coup plus sûr sa voix, mais les influences rock, folk et expérimentales s’effacent ici devant une dramaturgie, une scénographie musicale prégnante. Vous voici prévenus : si vous étiez en quête de quelque mélodie évidente, de quelque hit indie charmant, vous rentrerez chez vous tout penauds. Ici, la magie serpente, se laisse glisser, se hisse à la force des orteils (crochus), fait le grand plongeon pour se rattraper à un cheveu au bord du gouffre, à l’image du jeu de scène de son auteur. Ce qui n’empêche pas des « Killer brilliance », « I’d run » et « Art of not knowing » d’être dangereusement addictifs. Le combo a certes une certaine tendance à la répétition, et assume son côté abstrait : ce sont là des choses qu’il faut enjamber pour apprécier pleinement un disque comme celui-ci. Mais ça vaut le coup et je vous y encourage !

site officiel

White Wine : Killer brilliance

Related Posts

  • 10000
    « Holographic violence » a un look de disque industrialo-goth des années 90. Cet aspect délicatement suranné est un pari risqué pour une pochette en 2015. Mais le groupe de Seattle s'en fout. Mieux, il assume. Car « Holographic violence » a effectivement des influences de cette faste période musicale. Quelque part entre gothic…
  • 10000
    Formé en 1976, Chrome est un groupe à géométrie variable (enfin, plus trop maintenant qu'une partie des membres est décédé, mais bref) parti du punk pour explorer des univers plus sombres et expérimentaux. (trop) Vite catalogué rock industriel, Chrome en utilise certes certains codes, mais puise également dans le post…
  • 10000
    Je ne sais pas grand-chose sur Killwave. Ils sont quatre, viennent de Chicago. C'est maigre. Ah, oui, et ce « Death by distortion » est leur deuxième album, après un éponyme en 2010. Là, ça sent quand même pas mal la galère. Il faut dire que Killwave joue un mélange entre rock…
  • 10000
    Archétype de l'album maudit, ce « Is today tomorrow ? » est l'enfant de trois musiciens talentueux, ex No One Is Innocent première période, abandonnés par leur chanteur pour une carrière solo qui ne décollera jamais. Enregistré à la fin des années 90, sorti au début des 2000 dans une confidentialité terrible, il…
  • 10000
    L'occasion de découvrir une nouvelle formation de dark jazz ne se présente pas tous les jours. Pour tout dire, à part Bohren & der Club Of Gore et The Kilimandjaro Darkjazz Ensemble, je ne connais aucun autre prétendant au trône d'hériter d'Angelo Badalamenti. Pour ceux qui ne seraient pas au…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *