WATINE : Géométries sous-cutanées

J’ai toujours eu un peu de mal avec la pop à la française, aussi inventive et hors normes fusse-t-elle. Bien sûr, j’avais déjà croisé la musique de Watine ça et là, appréciant son indépendance d’esprit, sa musique à la fois savante et instinctive. Mais pas assez pour en faire un coup de cœur. Alors quand « Géométries sous-cutanées » débarque dans ma boîte aux lettres, je pense savoir ce que je vais y trouver. Grossière erreur ; ne jamais chercher à enfermer un artiste, il trouvera toujours une échappatoire. Ici, exit ou presque le chant (ou plutôt la voix, présente sur deux plages seulement), le côté pop, et bienvenue à une musique quasi-entièrement instrumentale qui doit autant à la musique contemporaine qu’à l’electro ou au post rock. Une musique volontiers labyrinthique, superposant touches et couches de délicatesses rythmiques, de mélodies légères, de poésies sonores et de feeling maussade. A dire vrai, je ne vois pas ici de figures géométriques. Ou alors une géométrie d’ailleurs, une géométrie d’après, peuplée de formes fuyantes et changeantes. Et la musique est bien trop voyageuse pour être contenue sous un quelconque épiderme ; elle rejoint les étoiles, s’insinue dans les profondeurs de la terre, explose en des milliers de teintes incandescentes, laissant dans les yeux et la mémoire des spectateurs des souvenirs impérissables. De fait, ici Watine joue sur plusieurs tableaux ; trip hop, electronica, post rock, musique contemporaine, musique de film imaginaire, tout ça en employant instruments « naturels » et effet modernes. « Géométries sous-cutanées » n’est pas un disque facile à appréhender, mais recèle des richesses se révélant au fur et à mesure des écoutes. C’est en tout cas un projet passionnant et très audacieux, loin d’être à réserver aux seuls amoureux de l’oeuvre de Watine donc, mais pas effrayés par les titres relativement longs et sinueux. Sacrée mue !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Jean Jean. Oui, ça m’a fait marrer comme nom. Mais du coup, est-ce la bonne approche pour faire la connaissance d’une nouvelle formation ? Enfin, moi, je dis nouvelle parce que je n’ai pas connu l’époque de « Symmetry », le premier album, qui déployait un style à la fois très rock et…
  • 10000
    Bon, on va commencer par une question simple : y’en a-t-il parmi vous qui ne connaissent pas Mono ? Toi, là-bas ? Ok. On va donc faire les présentations. Mono, c’est un groupe culte. Non, je ne dis pas ça pour vous culpabiliser, faut bien commencer quelque part, y’a pas de souci. Et…
  • 10000
    Ils sont trois, nous viennent de Nantes et ont choisi d’interpréter en musique l’un des meilleurs albums des frères Coen, Fargo. Bon, trêve de présentation à la « école des fans », Fragments est donc une formation post rock attachée aux ambiances, puisant souvent son inspiration dans le septième art. D’ailleurs, ce…
  • 10000
    Né en 2009, le bordelais Smogs & Tacos nous apporte ici son premier album, après deux ep pour se mettre en jambe. Et qu’y entend-on ? On serait tentés d’évoquer le post rock à l’écoute de l’introductif « Dreams removal », de la présence d’un violoncelle, de cette recherche d’ambiance. Mais le groupe…
  • 10000
    Et de huit pour God Is An Astronaut. Le groupe des frères Kinsella a depuis ses débuts attirés les faisceaux lumineux sur son post rock musclé et atmosphérique à la fois. D’ordinaire déjà, le genre n’est pas connu pour respirer la joie de vivre. Mais là, on passe un cran…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *