VITJA : Thirst

Vitja s’est jusqu’ici illustré par son mélange electro metalcore parfois musclé, parfois mainstream… Et ses pochettes moches. Nous voici rassurés ; « Thirst » jouit d’un artwork certes assez classique mais élégant. Comment ça on s’en fout ? Ah, la musique alors ? Et bien, « Light blue » démarre de façon très soft. On imagine sans mal le titre catapulté en single et propulsé sur les ondes avec la bannière « nouveau Linkin Park ». Bien sûr, quelques vocaux plus metal sont présents en fin de bouche, mais bon, on va plus retenir la jolie mélodie et le feeling général très pop du titre. « Silver lining », lui, se fait beaucoup plus incisif, mais conserve toujours cette touche Vitja faite de beaucoup de sucre et un poil de piment. Et ça reste un mélange suffisamment équilibré pour qu’on en reprenne toujours une autre bouchée, quel que soit le côté qu’on préfère chez le combo. Comme ce qu’on avait supputé après le premier titre, « Thirst » a pas mal levé la pédale sur la violence (relative) sur ce disque qui se situe tout de même en droite lignée de « Digital love » dans l’intention, mais qui a fait le choix, assez judicieux au demeurant, d’axer ses efforts sur l’hybridation. Les 13 titres sont mieux produits, bénéficiant d’un son encore plus « rond », et mixe donc bien mieux la bipolarité du groupe ; tout ici sonne de manière plus naturelle, plus intégrée. C’est évident, certains ne retiendront que le fait que Vitja se soit calmé, mais je continue à trouver ce disque plutôt très sympathique.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *