VILLAGERS : The art of pretending to swim

En 2015, « Darling arithmetic » avait été une bouffée de poésie, d’élégance et de beauté. L’irlandais Villagers y confirmait tout le bien qu’on pensait de lui tout en approfondissant encore sa démarche créative par le biais de plus d’hybridation de pop, folk rock et éléments électroniques. En toute logique, j’espérais retrouver sur ce quatrième album fabriqué à la maison, dans un home studio tout neuf, peu ou prou la même chose. Alors quand « Again », qui contient bien tous ces éléments, mais aussi quelque chose de plus accrocheur, entame le premier mouvement, je ne peux qu’être en confiance. « A trick of the light » enfonce le clou. On a du groove qui ne fait pas vraiment danser, de la pop qui ne fait pas chanter à tue-tête, de la folk qui ne se perd pas dans la nature ; c’est beau, apaisé, évident mais pas pompier, bref ça a un charme fou. « Sweet saviour » est encore meilleure. Je pense au « California » de Perry Blake en moins grave, plus lumineux. Ce titre est juste magnifique. « Long time waiting » est plus groovy, plus complexe, moins immédiat, mais très bon aussi. « Fool » est encore une superbe chanson pop folk. « Love came with all that it brings » y introduit des cuivres et des cordes. « Real go-getter » et son gimmick obsédant nous bercent, et « Hold me down » comme « Ada » ne font pas retomber l’attention et le plaisir, bien au contraire. Bilan ; un nouvel album d’une beauté et d’une inventivité renouvelées.

Paroles de l’album

Site officiel

Villagers : Fool

Villagers : A trick of the light

Related Posts

  • 10000
    Je m'étais d'abord penché sur le cas de l'irlandais en 2010, lors de la sortie de son premier album « Becoming a jackal », dont la douce mélancolie m'avait vite séduit. Puis, comme souvent, chacun avait fait son chemin sans vraiment faire attention à l'autre. J'avais écouté « Awayland » un moment après sa…
  • 10000
    Quelquefois, on se lance, sur la foi d'un titre, d'un pochette, à l'assaut d'un album, en fantasmant son contenu. Et quelquefois, ça marche. D'autres fois, on tombe sur quelque chose de différent, mais auquel on accroche quand même. C'est dans cette deuxième catégorie que je rangerais le premier album de…
  • 10000
    Vous ne trouverez pas de trace d’une quelconque ligne, d’une évocation du nom de Ben Howard sur Adopte Un Disque. Pourquoi ? Très franchement, je me le demande aussi à la lumière de « Noonday dream », troisième album du trentenaire. Car ceci est l’archétype du disque apaisant, beau, planant, qui fait un…
  • 10000
    Mimicking Birds est un combo de Portland assez difficile à cataloguer. Il emprunte au folk rock quelques tournures et effets, au prog son côté élaboré sans ses manières précieuses, à l’indie pop son charme délicat. Ce troisième album confirme tout le bien qu’on avait pu penser des américains sur ses…
  • 10000
    Avec ce nom qui ferait fantasmer nos (hum) grands comiques nationaux tant il est promesse de jeux de mots truculents, The Pines pourrait être perçu comme un groupe comme un groupe de petits rigolos, ou juste un groupe à éviter. Ce serait dommage, car ces américains ont développé depuis leurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *