TWO MEDICINE : Astropsychosis

Two Medecine, ça ne vous dit certainement rien comme ça. Mais si je vous révèle qu’il s’agit du projet de Paul Alexander, bassiste de Midlake, et que ce disque se situe sensiblement dans la même veine, à savoir un folk pop légèrement progressif, très posé et faisant preuve d’une douceur et d’une mélancolie qui confine à la magie. D’ailleurs, plusieurs membres participent ; du coup ça ressemble presque à un side-project commun. Curieusement, même si ce disque est sorti il y a quelques mois maintenant, on en a pas beaucoup entendu parler par ici. Et pourtant, il est splendide. Bon, d’accord, il n’est pas au niveau d’« Antiphon », mais très franchement, il ne se situe pas loin derrière. Les influences psychédéliques et pop de papa (voir même papy) y jouent donc un rôle particulier aussi. Partout on parle de l’ombre des Beach Boys et du Floyd. Mouais, il y a de ça. Mais concrètement, la musique de Two Medicine ne prend racine que dans son propre langage ; une voix caressante, une guitare sèche, des choeurs en écho, des claviers qui jouent l’emphase, une rythmique discrète, sèche mais pas trop percussive, et un format assez pop, qui ne va pas trop chercher dans l’expérimental et le psyché. Bref, « Astropsychosis » est assez accessible, et peut s’adresser aux amateurs de Midlake dernière période comme à ceux que la pop sixties pas trop mainstream n’effraie pas. Ah, et à ceux que le nom de ce projet titillerait, sachez que « Two medicine » fait référence à une région du Montana, dont les montagnes, forêts et lacs auront probablement inspiré ce disque bucolique. Et on dit merci qui ? Merci wikipedia !

Site officiel

Instagram

Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *