TWICE A MAN : On the other side of the mirror

Il y a cinq ans (déjà?), je faisais connaissance avec les suédois de Twice A Man, héros de l’electro pop bien dark pas forcément très populaires par chez nous, mais reconnus et adulés chez eux (et probablement ailleurs). C’était avec l’album « Presence ». Quelques années plus tard, je reçois leur nouvel album. Et je m’attends à y trouver à peu près la même chose. Bon, ok, j’ai raté « Cocoon » l’an dernier, qui n’avait pas grand-chose à voir avec ce disque. Le groupe ne s’est d’ailleurs pas rappelé à mon bon souvenir pour cet album plus ambiant et expérimental. Mais il l’a fait pour « On the other side of the mirror ». Et je l’en remercie. Effectivement, les six titres de ce, hum, beaucoup-ième album sont assez proches de ce que j’ai déjà pu découvrir ; un chant grave et affecté posé sur un lit d’une electro pop assez sombre, tantôt énergique tantôt mid-tempo, et souvent agrémentée des choeurs féminins de Karin My. Ce disque voit revenir au bercail Jocke Söderquist, parti il y a une bonne vingtaine d’années pour des raisons qui n’appartiennent qu’à lui (habile stratagème pour masquer ma méconnaissance totale du sujet, n’est-ce pas ?). Encore une fois, Twice A Man signe une oeuvre qui ne trahit pas son grand âge, assez marquée par un style certes pas forcément dans l’air du temps mais qui ne paraît pas dépassé pour autant, même si les accents vocaux sonnent parfois un peu trop eighties à mon goût. Globalement, “On the other side of the mirror” se place en droite lignée de ses grands frères, avec toutefois des titres globalement moins technoïdes et moins accrocheurs, plus dans l’introspection, ce qui me fait, pour l’instant, préférer “Presence” même s’il y a ici de très bons moments.

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Comme souvent, je n'ai jamais entendu parler de ce groupe suédois pourtant pas né de la dernière pluie, puisqu'il existe depuis... 1978 ! C'est donc à l'occasion de ce, quoi, dix-septième ou dix-huitième album (je m'y perds un peu, dans leur discographie bien fournie, aux joyeux drilles..) que je touche du…
  • 10000
    Dean Garcia est un musicien anglais, assez doué pour avoir été impliqué dans quelques bons coups (Curve, Eurythmics en tant que musicien live, plein d'autres dont Tom Petty comme musicien de session, et une flopée d'autres formations plus confidentielles comme membre permanent). Autant dire qu'il a une certaine expérience, autant…
  • 10000
    Alors celui-ci, il y a des chances que vous ne le connaissiez pas. Void Construct est un duo anglais, et « Estramay aleph » est son premier album, le meilleur selon moi. On se situe ici dans un style assez typique des années 90, porté par une poignée de formations tenant l'EBM…
  • 10000
    Autant vous le dire de suite, il y a peu de chances qu’ « Atomised » devienne votre disque de l’été. Ou alors vous êtes encore plus barrés que moi. Mais ne fuyez pas pour autant. Nomenklatür est né de la rencontre de deux die-hard fans de techno, deux vieux baroudeurs du…
  • 10000
    Huitième album pour l'ambassadeur américain de l'ebm / futurepop Assemblage 23. Non pas que cette sortie représente une avancée quelconque, ou une date marquante pour l'avancée de la musique. Ah, mais je suis méchant, et Tom Shear, seul responsable, ne le mérite pas. C'est certain, « Endure » est loin d'être un…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *