TURZI : A

turzia

Formation versaillaise donnant dans l’electro, Turzi fait partie de ces artistes qui regardent ouvertement derrière eux, vouant un culte à la scène krautrock des seventies. Le krautrock, pour les non-initiés, est une excroissance du rock progressif, souvent beaucoup plus répétitif, parfois plus psychédélique, et exploitant à fond les nouveaux outils mis à sa disposition à l’époque (début 70) ; les instruments électroniques. Cette musique hybride et expérimentale, Turzi s’en nourrit, et la recrache à sa façon, tantôt par le biais de titres très kraftwerkiens, tantôt par des choses beaucoup plus rock mais tout aussi aventureuses. Une utilisation parcimonieuse du chant masculin et de samples vocaux vient empêcher l’album de tomber dans la monotonie, chose plutôt compliquée pour ce type d’entreprise. Ce « A » a également la particularité de ne comporter que des titres débutant par cette lettre. Vous l’aurez compris, Turzi est pour le moins un cas à part dans le paysage électronique français, ne se rattachant à aucun courant en vogue, bien que piochant des idées ça et là. Au final, « A » est un album intriguant, un peu trop inégal pour qu’on le porte aux nues, mais assez différent et particulier pour qu’on prenne plaisir à le ressortir une fois de temps en temps pour en redécouvrir toutes les subtilités et les richesses.

Site officiel

Turzi : Afghanistan

Related Posts

  • 10000
    Ah, la scène electro italienne ! Elle est tellement, euh, ben, elle est... En fait je sais pas ; parce qu'à part les excellents Bloody Beetroots et Eiffel 65 (c'te gloire nationale...), je n'y connais rien. Alors l'occasion de découvrir (peut-être) avec Aucan une formation vraiment intéressante, je ne peux pas lui…
  • 10000
    Et ben, ça pour une surprise ! Je suis de ceux qui chérissent les deux premier albums de Neil Barnes sous le nom Leftfield pour ce qu'ils sont ; des témoins (vieillissants) du côté visionnaire de leur auteur en matière de musique électronique. Car oui, « Leftism » et « Rythm and stealth » ont fait…
  • 10000
    Certaines personnes ont un sens de l'à-propos assez impressionnant. D'autres, moins. Anton Kaldal Ágústsson est soit bourré d'humour, soit dans la deuxième catégorie. Son bébé, Tonik Ensemble, porte assez mal son nom. Entre electronica, ambient, house, electro-pop, trip hop et pop indé, celui-ci navigue en eaux calmes, loin des geysers…
  • 10000
    Troisième album pour cet autrichien, et premier sur Ninja Tune ; maintenant vous savez pourquoi je me retrouve à écouter « Joined ends ». Oh, je sais, le label n'a plus depuis quelques temps la même aura de dénicheur de talents, de défricheur de la musique électronique. Mais il a quand même bien…
  • 10000
    Oui, il existe vraiment ce disque. Non, je ne cherche pas à chroniquer que des trucs indés et confidentiels. Voici pour ceux qui, en découvrant cette chronique, se sont dit ; « vin dé non, mais ch'est qui incor ch'tilal ? » ou « diantre, mais où a-t-il encore déniché un tel artiste ? » en langage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *