TRENTEMØLLER : Into The Great Wide Yonder

Trentemøller-Into-The-Great-Wide-Yonder
Je n’avais jamais entendu parler du danois Trentemøller, qui a pourtant apparemment déjà édité un chef d’œuvre du nom de « The Last Resort » en 2006. Je me rattraperai donc avec ce 2e opus à la pochette inquiétante et intrigante. « The Mash And The Fury » pointe son nez, et me fait cataloguer la chose au rayon electronica ; rythme abstract hip-hop, guitares cinématographiques (Morricone n’est pas loin), quelques éléments electro-ambiant à la Boards Of Canada… Mais « Sycamore Feeling » débarque, paré d’attributs trip-hop, voix féminine en tête. A partir de là, les frontières entre les genres deviennent floues : tout se mélange pour donner lieu à une musique hybride et foutrement intéressante, largement électronique, mais gardant une couleur très rock de par son caractère sombre et les nombreuses guitares qu’elle utilise. « Silver Surfer Ghost Rider Go » est à ce titre assez parlante, avec son côté electro-surf rock. Élégant et racé, mais sachant se faire sauvage ou expérimental, ce « Into The Great Wide Yonder » a tout pour lui, et à l’inverse de nombreuses productions, sa volonté de ne pas choisir de « camp » musical confère à lui donner un charme unique. Adopté !

Paroles de l’album

Site officiel

Trentemøller : Sycamore feeling

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *