THE UNDERGROUND YOUTH : What kind of dystopian hellhole is this ?

The Underground Youth est un nom qu’on croise forcément tôt ou tard si on s’intéresse un tant soit peu au revival shoegaze / cold wave. Fort de sept albums et d’une notoriété (et fanbase donc) grandissante, le groupe peut bien se permettre un titre goguenard pour présenter un 8e opus qui ne fait pas les choses à moitié. On pense bien fort au Cure des débuts sur les deux premiers titres, et on ne s’en plaindra pas. Mais il y a aussi du blues dans les fourrés, du shoegaze en embuscade, et si quelques autres fantômes hantent sa musique, le groupe a sa volonté et sa personnalité propres. Et si ce n’est pas la huitième merveille du monde (hu hu hu), ce nouvel opus se montre tout de même assez malin et diversifié pour susciter l’envie de le réécouter. Et encore. Et encore. Ce qui est, convenez-en, un très bon bilan. Bien sûr, son positionnement rétro et son côté entêtant pourraient en fatiguer certains, mais ça reste une production sincère et de grande qualité !

Site officiel

The Underground Youth : Amerika

Related Posts

  • 10000
    Nouvelle émanation de la renaissance post-punk / cold wave, Cold Showers revient avec un deuxième album qui ressemble plus à un ep, du haut de ses maigrelets 8 titres et 29 minutes. « She hangs on » entame la marche, introduisant petit à petit tous les ingrédients (attendus) du genre ; nappes de…
  • 10000
    Vous le voyez ce gouffre au beau milieu d'une étendue d'eau déjà bien inquiétante sur la pochette du troisième album du trio de Detroit ? Et bien si vous vous y penchez un peu, vous apercevrez peut-être la première critique que j'en ai faite. Non, ce n'est pas un effet de…
  • 10000
    J'ai, sans le savoir et comme une foule de gens, geek ou pas, découvert la musique des angelinos de Health en 2012 avec leur titre « Tears » sur la bande originale du (très bon) jeu Max Payne 3. Sauf que je n'ai pas vraiment cherché à en savoir plus, l'expérience ludique…
  • 10000
    Bon. D'abord, un blaze pareil, je peux vous dire que si joyau s'y cache, il faudra qu'il soit sacrément étincelant pour me le faire oublier. Play. « Wurds » commence le voyage en mode minimaliste. Un souffle électronique, des tintements japonisants fleurant bon les eighties, le chant débarque, doublé, paf, en plein…
  • 10000
    Josephine Philip et Ina Lindgreen sont deux filles de Copenhague qui aiment la musique, et ont décidé d'en faire en duo après une rencontre au sein d'un groupe de ska. Voici des infos capitales dont on se fout complètement pour appréhender correctement « Dance and cry », le deuxième album des dames.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *