THE LOST FINGERS : Coconut christmas

Deuxième album de noël pour les québécois. Deuxième ? Deux en suivant ? Non parce qu’un, c’est rigolo, et en plus il était assez réussi, mais que va apporter celui-ci ? Du soleil, capitaine. Ah bon. The Lost Fingers nouvelle formule (pour ceux qui n’ont pas suivi, le trio originel s’est adjoint les services d’une vocaliste, Valérie Amyot) ont bossé trois ans avec un musicien américain renommé pour dénicher et arranger des chansons de noël exotiques, venues de contrées ensoleillées comme le Mexique, l’Inde, la Jamaïque… L’inclinaison jazz manouche des débuts se fond donc dans le décor, quitte à disparaître parfaitement parfois. Mais le groove, le swing sont bien là : tout est question d’interprétation. Le propos est donc de réchauffer l’ambiance glaciale (surtout chez nos cousins québecquois), et de ce point de vue « Coconut cristmas » atteint sa cible sans mal. Ce que je reprochais au précédent, c’est un certain lissage au profit d’un style plus clinquant et passe-partout. Et de ce côté-là, on est malheureusement pas trop surpris, même si certains titres osent une orchestration qui nous change de l’ordinaire (par exemple, la revisite indienne de « God rest you merry gentlemen »). Parmi les réussites, outre le titre cité, on peut évoquer « New year’s day », « Santa’s lost his mojo », « Blue christmas » et « La cuisinière », le reste étant plus attendu. Ce nouvel album a certes bien des atouts, mais hélas pas / plus celui de l’originalité. Et même si on peut se laisser bercer par certains de ses titres, il reste une parenthèse sympathique mais pas indispensable, que ce soit pour les fans du groupe comme pour les autres.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Bon, ça fait un sacré bout de temps que le gipsy jazz léger et teinté de swing des canadiens n'a pas croisé ma route, échaudé que j'étais par un « Rendez-vous rose » pas folichon. Sauf que là, ils m'accueillent avec un disque de reprises de noël. Soit deux très bonnes raisons…
  • 10000
    Après avoir découvert le phénomène québécois sur leur précédent album, j'attendais avec impatience le nouvel essai de ces trois ex-jazzeux reconvertis en rois de la reprise version chanson manouche. Ayant vu filtrer quelques titres pressentis, je salivais d'impatience. Pourtant, il s'avère que leur traitement est bien moins convainquant que par…
  • 10000
    On le sait, les canadiens ont de l'humour. Pourtant, musicalement parlant, c'est plutôt de choses assez radicales et "dures" dont on a souvenance par ici ; Skinny Puppy, Billy Talent, Venetian Snares, Voivod, Garou... Avec The Lost Fingers, on repart sur de nouvelles bases. Et pour tout dire, des bases…
  • 10000
    Dude York est de ces groupes qui n’aiment pas trop se prendre la tête, et voient en la conception d’un nouveau disque une opportunité unique de partager des titres simples, directs, funs et obsédants. Comme beaucoup d’autres, en fait. Son style entre powerpop et pop punk n’est cependant pas passé…
  • 10000
    Chaque année, à peu près à cette période, je cherche d’arrache-pied et dégotte la plupart du temps un ou plusieurs disques de noël totalement what the fuck. J’y prends, je l’avoue, un plaisir fou. J’en ai déjà publié des gratinés. Mais là, je dois dire que ça m’étonne moi-même. Je…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *