THE LAST DINOSAUR : The nothing

Bon. The Last Dinosaur, c’est un nom à la fois assez pompeux et un peu naze, il faut bien l’avouer. Et en plus, il transmet immédiatement l’image de quelque chose de lourd, de brutal et d’imposant. Quand on en vient à connaître un tant soit peu la musique de ce duo formé de Jamie Cameron et Luke Hayden, on se dit qu’il n’aurait pu choisir un nom plus à contre-pied avec la musique qu’il pratique. Soit un pop rock folk souvent assez dépouillé et mélancolique, plein de feeling et faisant peu de cas des effets de manche ou d’une production clinquante. Pas le genre de musique qu’on va croiser sur les ondes, qu’elles soient hertziennes ou radiophoniques. « The nothing » n’est pas le genre de disque qui dévale les escaliers et fait une entrée fracassante dans la salle de bal. Il avance à pas feutrés, installe sa pop folk où la tendresse n’est pas un vain mot. Le duo accompagne ses compositions d’arrangements baroques qui leur apporte encore plus de classe et de délicatesse. Jamie Cameron explore des thèmes peu joyeux dans l’ensemble, notamment le décès d’un ami avec qui il avait monté son premier groupe, enregistré son premier disque, et eu son accident de voiture le plus mortel. Mais c’est bien la beauté qu’on retient de ces onze titres. « The nothing » met du temps à trouver son chemin. Quelques mois ont déjà été nécessaires à ce qu’il arrive jusqu’à nous (il est sorti officiellement en juillet), et il faudra probablement deux ou trois écoutes pour en apprécier les titres les moins évidents et les plus baroques (« We’ll greet death », « The body collapse », « Wings », « Goodnight »). Mais accrochez-vous, parce que ça vaut quand même la peine de vous concentrer un peu ; on a ici du talent brut !

Site officiel

Paroles de l’album

The Last Dinosaur : Atoms

Related Posts

  • 10000
    Springtime Carnivore, c'est un nom qui interpelle forcément. Et d'autant plus quand on sait quelle magnifique et délicate jeune femme se cache derrière. « Midnight room » est loin de personnifier la promesse de danger et de mystère que son titre laisse à son public. Car si on devait qualifier ce disque…
  • 10000
    A force d'écouter de la musique de tatoués, de gros durs, de rebelles, de savants fous et de dépressifs chroniques, mon pauvre petit cerveau (déjà bien endommagé au naturel diront certains) finit par développer une fragilité nécessitant des papouilles et mots doux qu'aujourd'hui je viens chercher sur ce septième album…
  • 10000
    Miranda Lee Richards n'a jamais fait partie jusqu'à présent de mon spectre musical. Parce que la dame s'est principalement fait connaître par le biais de ses collaborations avec Brian Jonestown Massacre, dont je n'ai jamais vraiment exploré l'univers. Et que si cet album est sa troisième œuvre en solo, les…
  • 10000
    Allez, après Girls In Hawaii et Brown Bird, on continue sur notre lancée « un drame, un disque » avec The Weepies, groupe du couple Steve Tannen - Deb Talan, qui accouche de "Sirens" suite au cancer du sein de cette dernière, dont elle s'est heureusement sortie à peu près indemne, en…
  • 10000
    Dans la grandissante famille des chanteurs beaux gosses pratiquant la pop folk pleine de feeling et néanmoins très radio-friendly, Joshua Radin se pose en tant que vieux de la vieille, lui qui a déjà cinq albums à son actif. Pour ceux qui suivent, « Onward and sideways » est donc le sixième…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *