THE ELEKTROCUTION : Open Heart Surgery

elektrocution open heart

Et un autre groupe de garage rock, un ! Depuis que le genre a le vent en poupe, c’est dingue le nombre de formations que l’on fait sortir du maquis comme des fleurs, alors que jusque-là elles besognaient dans l’indifférence générale. M’enfin, que voulez-vous, l’offre et la demande, c’est devenu un commandement, de nos jours. Tout ça pour dire que les cinq rouennais de The Elektrocution œuvrent depuis plus de cinq ans dans un heavy garage qui ne fait pas semblant, affreux, sale et méchant, et sortent seulement leur premier album. Non pas par manque de talent, ou de volonté, mais par absence d’opportunité. Et c’est évident à l’écoute de ce « Open Heart Surgery ». Car The Elektrocution, ça le fait, et ça le fait grave même. Rock en diable, simple et bougrement efficace, le groupe ne se prend pas la tête et se contente d’exciter les potards. Gageons que nous n’attendrons pas cinq ans de plus pour entendre parler du successeur de ce très bon brûlot.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Formé en 1976, Chrome est un groupe à géométrie variable (enfin, plus trop maintenant qu'une partie des membres est décédé, mais bref) parti du punk pour explorer des univers plus sombres et expérimentaux. (trop) Vite catalogué rock industriel, Chrome en utilise certes certains codes, mais puise également dans le post…
  • 10000
    Chouette, un groupe japonais, vous exclamerez-vous ! Eh bien non, Tokyo Sex Destruction, ce sont quatre catalans ayant décidé de s'unir pour faire partager au monde leur amour immodéré pour le rock garage. Plus cool que les Dirtbombs, plus soul que les Stooges, Tokyo Sex Destruction est plus groovy que…
  • 10000
    Le rock coule dans les veines des quatre de Poncharello. Crade, graisseux, groovy, massif, il suinte presque à travers la prison de plastique qui retient les six titres de ce deuxième ep. Encore plus réussie que son aînée, cette galette voit le groupe conjuguer rock garage, punk, stoner et hard…
  • 10000
    J'ai découvert les Horrors avec "Strange House" et son rock garage sale et sauvage. J'ai adoré. Deux ans plus tard, "Primary Colours", se tournant vers des cieux plus cléments, m'a comme beaucoup déstabilisé. C'est le paradoxe du critique ; quelquefois, on reproche aux groupes leur immobilisme, et à d'autres, on…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *