THE DEATH WHEELERS : I tread on your grave

Vrai premier album des québécois, « I tread on your grve » est comme ses grands frères entièrement instrumental. Ce qui n’exclut pas une forme de narration. Car le groupe nous apprend que « I tread on your grave » conte l’histoire de motards dessoudés et revenus à la vie bien décidés à se venger à l’aide d’une armée de pairs. Un scénario très seventies qui sert de prétexte à onze titre bien graisseux entre stoner, hard rock et blues rock, pour un total de 36 minutes pied au plancher. Inutile de chercher une once de dixième d’originalité ici : on est sur du connu, de l’établi, du traditionnel. Riffs lancinants, rythmiques qui sentent bon l’asphalte cramé, batterie qui bat le fer tant qu’il est chaud (et il l’est, le bougre !), tout concorde à donner à « I tread on your grave » le look d’une bonne bande-son de film de genre à la Tarentino, ce qui est totalement assumé par le combo. La petite surprise tout de même, c’est la reprise du « Moby dick » de Led Zeppelin, solo de batterie compris bien entendu. Une version forcément plus musclée, réduite à 5 minutes et des brouettes, ce qui ne fatiguera pas trop les réticents à la démonstration technique (d’ailleurs moins impressionnante ici) et permet de fermer le disque sur une note rafraîchissante (enfin, tout est relatif, mais vous m’avez compris). Bref, on a là un bon disque « pour la route » (ou ce que vous voulez, mais avec modération), dans lequel les Death Wheelers a eu l’intelligence d’insérer ça et là des samples de dialogues de films qui renforcent la cinégénie. Pas démentiel, mais assez fun pour qu’on s’y laisse prendre, voici une carte de visite motivante autant pour le groupe que son auditoire.

Site officiel

The Death Wheelers : I tread on your grave

Related Posts

  • 10000
    Vous aimez les photos ? Moi pas trop. Enfin, plus exactement, j'aime les photos de paysages, les trucs abstraits, plus ou moins artistiques, mais pas avec des gens dessus. L'humanité, je trouve ça vachement surfait, vous voyez ? Un gars qui photographie un gars, putain, c'est quoi, de l'anthropophagie artistique ? Enfin, bref,…
  • 10000
    Le stoner, bien plus qu'un genre musical anecdotique, est en passe de devenir une religion pour bon nombre de musiciens et de fans. Et comme dans toute bonne religion, il y en a une foultitude d'interprétations, de la plus dure à la plus légère. Et là je spoile, mais alors…
  • 10000
    Le premier album de Comet Control, que je vous ai fait découvrir dans ces pages en 2014, était un sommet de rock psychédélique à tendance stoner soft. La perspective de m'enquiller un deuxième disque du même acabit avait donc tout pour me faire trépigner d'impatience. Et je ne résisterai pas…
  • 10000
    Encore un groupe de barbus qui pratique une musique entre stoner et post hardcore ? Oui. Encore un premier album, un nouveau groupe ? Oui. Non, mais, encore un qui vaut la peine d'être découvert ? Oui. Et pourtant, « High mountain pass », premier titre de ce premier album, pourrait laisser penser le contraire.…
  • 10000
    Je n'aime pas trop les ep. Trop court pour se faire une réelle idée du talent de ses auteurs, trop long pour faire illusion si ça sent plus le réchauffé que la fraîcheur printanière. Dolomite Minor est un duo qui se retrouve propulsé en première partie des Eagles Of Death…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *