THE DEAR HUNTER : Act IV : Rebirth in reprise

thedearhunter_rebirthinreprise

Voilà un groupe dont on entend pas parler ou presque dans nos terres, et pourtant géniteur d’une discographie fort intéressante et d’un genre à mi-chemin entre rock indépendant et rock progressif, foisonnant d’idées et ayant développé un univers bien à lui depuis sa création en 2005. Car ce « Act IV », s’il est le sixième album du projet très personnel de Casey Crescenzo, est bien la quatrième partie d’une histoire débutée aux débuts du combo. On est donc bien au cœur d’un concept-album ici, qui devrait si on en croit l’auteur compter encore deux suites directes. Côté musique, point d’opéra rock ici, on est pas chez Avantasia ; juste des titres rock aux ambiances fluctuantes bien marquées, tutoyant le prog, la pop, l’alternatif, le folk, l’émo, le metal, le neo classique, le groove… Concrètement, la démarche de The Dear Hunter pourrait être comparée à celle d’un Muse, une certaine exigence d’orfèvre indé en plus, ce qui éloigne leurs expressions musicales respectives. D’ailleurs, pour rassurer les sceptiques, j’ai beaucoup de mal avec la musique des seconds, et ce nouvel album de la formation de Rhode Island passe tout seul. La diversité musicale, de mise avec ce type de projet, ne fait pas défaut à ce sixième opus, et aide à faire passer la pilule de sa durée exagérée (1 heure et quart, c’est quand même beaucoup, même si on aime). Au final, cette longueur est le seul bémol d’un disque maîtrisé de bout en bout, et aux mélodies très agréables, quel que soit le spectre choisi. The Dear Hunter est toujours aussi bon, peut-être même meilleur, et reste un groupe à découvrir d’urgence !

Paroles de l’album

Site officiel

The Dear Hunter : A night on the town

Related Posts

  • 10000
    Ah, les islandais ! Côté musique, ils savent se montrer inventifs et originaux, ils l'ont déjà montré dans le passé, et à l'écoute de ce deuxième album, ça ne semble pas près de se calmer. Tant mieux. Bon, bien sûr, ça ne rend pas les choses plus simples à votre serviteur.…
  • 10000
    Formé en 2010 et ici mis en lumière par K-scope, label dédié au rock progressif, ce duo anglais se balade entre post rock, electro ambiant et musique de film sombre, comme le titre de ce premier album l'indique. N'ayant pas eu le loisir de découvrir le groupe sur les trois…
  • 10000
    Helfir, c'est Luca Mazzotta avant tout, puisque c'est son projet « solo » me dit-on. Ben ça me fait une belle jambe les gars, parce que ne connaissant pas les projets de groupe du gusse, qui ne sont d'ailleurs pas stipulés sur la bio du label, je ne vais pas en faire…
  • 10000
    Lunatic Soul est le projet solo de Mariusz Duda, ci-devant chanteur et de Riverside. Et pour ceux qui, comme moi, ne connaîtraient pas Riverside, sachez qu'il s'agit d'un combo polonais de metal progressif. On a donc toutes les chances de se trouver ici en présence de musique peu encline aux…
  • 10000
    Troisième album pour les allemands de Dioramic, mais premier qui parvient à mes chastes oreilles. Dommage car, si la bio tape bien à côté, les comparant à la rencontre de Muse et du metal moderne, le combo a pourtant une mixture interessante à proposer. Je comparerai ça à une hybridation…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *