THE BLANK TAPES : Candy

Sur ses photos et même en illustration, Matt Adams porte souvent des lunettes de soleil. Parce qu’il est originaire de Californie, peut-être. Parce que sa musique contient de fortes doses de sérotonine, certainement. Il n’y a qu’à écouter ce « Candy », sixième album du groupe, pour s’en convaincre. Rien ici ne retranscrit la violence d’une époque dans laquelle Matt Adams et les siens semblent ne pas se reconnaître, musicalement au moins. On navigue entre pop, folk et psyché, façon années 60-70. Tout semble facile, limpide, et ça s’écoute comme une représentation sonore d’une journée de vacances à la mer sans rien ni personne pour vous emmerder. Le style d’une coolitude extrême de Matt, les mélodies vocales, l’emphase paradisiaque des effets bien placés, tout ça concourt à faire de « Candy » le disque de son titre ; une douceur sucrée et (presque) sans conséquences. Un disque qui alterne entre titres pop laid back et autres un peu plus rythmés et accrocheurs. L’ensemble s’écoute vraiment avec beaucoup de facilité et de plaisir, et a tout d’un l’album de l’été. Est-ce que ça veut dire qu’on l’aura oublié dès les derniers rayons du soleil effacés par les nuages ? C’est possible. Mais en attendant, il fait du bien ce disque. Et s’il en rappelle plein d’autres, il se permet quand même d’aligner des mélodies évidentes qu’on ne sait pas forcément rattacher à l’un ou l’autre. En fait, c’est plutôt qu’on s’en fout ; des « Let yourself get down » ou « Thinking about you » semblent nous crier « carpe diem ! » et on a plus envie de faire autre chose que de se détendre et leur obéir !

Site officiel

The Blank Tapes : Paradise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *