TELEFON TEL AVIV : Dreams are not enough

Voici un retour étonnant. Ce n’est pas le manque d’inspiration, le manque de reconnaissance, le manque de moyens qui a causé l’absence de l’electro mélancolique et complexe de Telefon Tel Aviv. C’est la mort. Celle d’un membre du duo, du père du membre restant, d’un ami aussi. De quoi refroidir les ardeurs, peut-être même voir ça comme un signe, après avoir sorti un disque du nom d’ « Immolate yourself » qui plus est. Mais après quelques années de silence, le survivant, Joshua Eustis, a décidé que ça ne suffisait pas. Que terminer un projet musical de cette façon, c’était se manquer de respect à soi-même. Que tout n’avait pas été dit. Et voilà « Dreams are not enough ». Forcément, les épreuves ont laissé leurs marques sur ce disque. De fait, il se montre beaucoup plus aride, dur, noir que le précédent. De rêve, il n’en est que peu question ici. Au mieux, c’est un état de stase, au pire une forme de cauchemar. En tout cas, on est encore une fois loin de la musique électronique comme le commun des mortels l’entend habituellement. Pour autant, ceux qui avaient vibré pour « Immolate yourself » se retrouveront en terrain connu, puisque ce disque en est le prolongement direct, comme si tout ça n’était qu’une longue pause. Alors est-ce que le fantôme de Charles Cooper est à l’oeuvre ici ? C’est à s’y méprendre en tout cas. L’esprit du duo est intact, même si la forme est un peu plus radicale. Et le résultat est largement à la hauteur. Pas l’oeuvre d’un revanchard, d’un homme souhaitant s’accrocher désespérément à un souvenir ; plutôt une continuité, née d’un besoin autant que d’une cassure, mais dont la légitimité et la noblesse sont une évidence.

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Ital Tek m’avait impressionné en 2016 par sa propension à propager sa mélodie à travers tout le spectre electro, lui qui venait du genre assez codifié du dubstep. Pas forcément facile à suivre mais passionnant, « Hollowed » avait le mérite de suivre son instinct uniquement, sans s’encombrer d’un quelconque héritage ou…
  • 10000
    Après le « 1979 » sorti il y a deux ans, je ne pensais pas que Deru me referait le coup de la sortie passée inaperçue. Raté. Ce disque est même sorti fin d’année dernière, c’est dire si le bonhomme a été vite inspiré. Et pour tout dire, étant donné la noirceur…
  • 10000
    Ben Chatwin est un musicien professionnel. Ça veut dire qu’il passe son temps à jouer et plus particulièrement composer pour divers clients. Mais genre des gros, pour lesquels il n’est pas possible de produire des choses vulgos et manquant de classe ou d’accroche : Louis Vuitton, Calvin Klein, la BBC, Volkswagen,…
  • 10000
    Voilà bien un retour auquel je ne m’attendais pas. Darrell Fitton alias Bola avait fait son trou dans les années 2000 en territoire electronica / electro ambiant avec des albums très sympathiques, et pas encore désagréables à la réécoute («Fyuti » et « Krougrine » font encore des allers-retours sur la platine à…
  • 10000
    La techno fait partie des genres clairement sous-représentés sur Adopte Un Disque. Pas pour une question de lectorat ; je vous pense tous suffisamment ouverts pour savoir apprécier l’ensemble de ce qui est proposé ici. Pas non plus par manque d’intérêt : j’ai toujours été sensible aux sonorités électroniques. En fait, c’est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *