SYLOSIS : Cycle of suffering

En 2015, « Dormant heart » montrait à la fois le pouvoir et les limites de Sylosis. Apparemment, les fans (coucou beuh !) n’étaient pas les seuls à s’en rendre compte, puisqu’à sa suite, Josh Middleton a décidé de mettre son groupe en pause pour une durée indéterminée, pour faire un point sur ses envies, ses ambitions, et éviter ainsi la redite. Bien lui en a pris d’ailleurs ; « Cycle of suffering » est probablement le meilleur album du groupe à ce jour. Sylosis y a légèrement modifié sa formule. Elle conserve, bien sur, sa base metalcore et ses excroissances thrash. Mais les influences stoner et doom qui apparaissaient auparavant ont presque disparu ici, au profit d’une expression plus sludgy. « Cycle of suffering » est de fait beaucoup plus frontal, mais parvient tout de même à aménager des moments plus calmes, et surtout, prend garde de bien respecter tout au long de ce bel album l’équilibre entre une tension palpable et permanente et un sens de la mélodie qui explose encore plus ici. Un titre comme « Shield » (ou mieux encore, « Idle hands ») montre tout le potentiel de Sylosis ; si on avait déjà décelé un certain talent chez le groupe, on se rend compte qu’on l’avait juste effleuré. Et la nouvelle direction prise par Middleton va probablement faire propulser « Cycle of suffering » sur les platines de nombreux fans de metal musclé et racé à la fois. Et ce ne sera que justice. Plus j’écoute ce nouvel opus, plus je me dis qu’il est bon. Chaque élément pris séparément, j’en conviens, est déjà connu. Mais la symbiose, sans tenir du miracle, tient au moins de l’orfèvrerie. La machine est huilée, les soli et passages atmo permettent les respirations, le reste respire le headbanging à plein nez. Très très bon !

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Oui, je sais, « Dormant heart » n'est plus vraiment une nouveauté. Mais faute de temps pour le découvrir avant, je fais mon boulet. Et puis cette impression de bouder le metal ces derniers temps (impression, je sais) me taraude et me chagrine. Alors pas question de passer à côté d'un disque…
  • 10000
    Oui, Yob est un secret de moins en moins bien gardé de la scène sludge doom. Enfin, scène, c’est vite dit. En effet, rien ou presque ne peut rapprocher Yob de ses petits camarades de jeu. Du moins, beaucoup de choses les en éloignent. Yob produit une musique puissante, heavy…
  • 10000
    Vous avez déjà assisté à une éruption solaire ? Eh bien, moi non plus. Mais « Astral », premier titre de ce nouvel album des toulousains, est la représentation musicale parfaite de (ce qu’on imagine de) l’éruption solaire ; bouillonnante, étouffante, violente et magnifique. A vrai dire, l’ensemble de « Abandon of the self » est…
  • 10000
    Voilà, c'est ça. Avec sa pochette pas moche mais très téléphonée, « The earth is the sky » pourrait passer totalement inaperçu dans la masse des sorties. Et pourtant, ce serait une énorme erreur de passer à côté. Massif, lancinant, progressif, simplement magnifique, ce disque est celui d'artistes qui explorent la musique…
  • 10000
    Encore un groupe de barbus qui pratique une musique entre stoner et post hardcore ? Oui. Encore un premier album, un nouveau groupe ? Oui. Non, mais, encore un qui vaut la peine d'être découvert ? Oui. Et pourtant, « High mountain pass », premier titre de ce premier album, pourrait laisser penser le contraire.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *