SUBJECTIVE : Act 1 : music for inanimate objects

Goldie est une légende de la musique électronique, ça ne fait pas un pli. Mais il faut bien reconnaître que le bonhomme, s’il aime les défis et l’expérimentation sonore, ne se soucie pas souvent du caractère écoutable de ses œuvres. Eh bien, ravalez votre salive, vils crapauds, parce qu’ici, on change la donne. Est-ce l’influence de James Davidson, compère de Goldie au sein de ce projet ? On s’en fout. Parce qu’une fois le disque lancé, on est assez subjugués. Cet « Act. 1 » se fait fort de mélanger le trip-hop qu’on aime (bon, d’accord, que j’aime, soit mélancolique et cinématographique), electronica, house parfois, et ambiant. Un disque certes pas forcément facile à suivre car très riche malgré son parti-pris faisant la part belle à l’ambiant electro, mais qui porte des titres tout de même très réussis. Oh, pas tous. Peu de titres utilisent une voix (féminine), et ce ne sont pas vraiment les plus réussis. J’ai un peu de mal aussi avec les choeurs enfantins de « Inkolelo ». Mais sur une bonne moitié de l’album, j’apprécie la façon dont des mélodies somme toute simples, un groove discret et une science de la production impressionnante s’accordent et se fondent. Pas mal !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Jamal Moss est probablement un être complexe. Né d'une famille chrétienne, il s'oriente vers un système de croyance plus ouvert et polythéiste. Il est fort probable que ses proches aient fréquenté des disques plus classiques que le rock industriel et la musique électronique expérimentale qu'il s'infligeait bientôt. Et rien ne…
  • 10000
    Certaines personnes ont un sens de l'à-propos assez impressionnant. D'autres, moins. Anton Kaldal Ágústsson est soit bourré d'humour, soit dans la deuxième catégorie. Son bébé, Tonik Ensemble, porte assez mal son nom. Entre electronica, ambient, house, electro-pop, trip hop et pop indé, celui-ci navigue en eaux calmes, loin des geysers…
  • 10000
    Oui, il existe vraiment ce disque. Non, je ne cherche pas à chroniquer que des trucs indés et confidentiels. Voici pour ceux qui, en découvrant cette chronique, se sont dit ; « vin dé non, mais ch'est qui incor ch'tilal ? » ou « diantre, mais où a-t-il encore déniché un tel artiste ? » en langage…
  • 10000
    J'ai toujours eu un peu de mal avec la pop à la française, aussi inventive et hors normes fusse-t-elle. Bien sûr, j'avais déjà croisé la musique de Watine ça et là, appréciant son indépendance d'esprit, sa musique à la fois savante et instinctive. Mais pas assez pour en faire un…
  • 10000
    Voilà bien longtemps que l'on attendait (plus ?) le deuxième opus des œuvres du duo Unkle. Moins ensoleillé que son prédécesseur, moins oscarisé également (comprenez : plus d'invités prestigieux), "Never, Never Land" n'en est pas moins une œuvre assez grandiose. Inventif, torturé, sombre, hypnotique, Unkle n'a rien perdu en vieillissant.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *