SIDEWALKS AND SKELETONS : White light

sidewalksandsleletons_whitelight

Sorti en mars et passé totalement inaperçu dans nos terres, tout comme son prédécesseur, le 4e album du projet de l’anglais Jake Lee a pourtant des atouts pour qui s’y penche. Bon, bien sûr, il faut s’y pencher avec prudence, être prévenu de l’endroit où on met les pieds et avoir le cœur bien accroché. Oh, non, il ne s’agit pas de metal noir, de noise rock, ni de punk nihiliste et violent. Pourtant, du premier il conserve l’imagerie, du deuxième le goût pour les sons abrasifs, du troisième une certaine attitude. Mais que fait Sidewalks And Skeletons ? Bah, de la witch house pardi ! Bien qu’il soit américain, on pourrait le voir comme l’héritier des défunts et regrettés Crystal Castles plutôt que celui des décevants Salem. On retrouve donc ici des nappes electro ambiant, des claviers synthpop, des voix chargées de distorsion, des samples et ambiances horrifiques. « White light » n’hésite pas parfois à jeter un œil plus loin (« XXX » et ses guitares, et pas mal de remixes hors pré carré qui ne figurent pas ici), mais reste quand même assez classique dans son approche. Globalement réussi, cet album a tendance à s’étioler sur la fin ; peut-être son auteur aurait-il du attendre encore un peu et pondre des titres plus percutants pour le sortir ? En effet, « Future ghosts », le précédent, est paru en 2014… Et s’avérait plus convainquant. Nous voici donc en présence d’un bon disque, incontestablement, mais qui aurait pu s’avérer monstrueux s’il avait été plus travaillé !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Le duo de Toronto avait impressionné tout le monde en 2008 avec un premier album bourré d'explosions electro-punk qui s'autorisaient ça et là des escapades plus atmosphériques. Et on sait qu'il est difficile, particulièrement en terrain electro, de se renouveler ou de réitérer un exploit commercial et critique. Il était…
  • 10000
    Kap Bambino, pour ceux qui ne les connaîtraient pas, est un duo Bordelais qui donne dans l'électro sale, malsaine et méchante avec une attitude clairement punk. Si ça vous fait peur, passez votre chemin ; c'est pire sur disque. Le groupe joue avec les images, brutalise l'imagination et les sens,…
  • 10000
    Le voilà donc, ce phénomène dont tout le monde parle. Un nom bien dark et évocateur, une aura de mystère, un blaireau qui dégote un nom à la con pour une étiquette musicale « révolutionnaire » (witch house ? Bah oui voyons, et demain on fera du butcher folk ?), et ce…
  • 10000
    La France a eu Justice et les Crystal Castles, l'Italie a les Bloody Beetroots. Pour celles et ceux qui n'auraient pas encore compris de quoi il s'agit, c'est d'electro-punk dont on cause ici. Moins crade et plus travaillé mais tout aussi percutant, et surtout bien souvent plus malsain, à l'image…
  • 10000
    Quelque part entre Sexy Sushi et Kap Bambino, le trio de St Etienne Schlaasss fait dans l'electro punk volontiers provocateur et cru. Sa carte de visite, il nous la balance à la gueule en quatre titres sales et directs. Le groupe a l'intelligence de se partager le micro, ce qui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *