SHYLMAGOGHNAR : Transience

Un nom à coucher dehors, une provenance pas hyper sexy pour un groupe extrême (les pays-bas), il n’en faudrait pas plus à certains pour abandonner le navire avant même sa mise à flot. Mais si Shylmagoghnar (non mais sérieux les gars quand même…) n’a pas toutes les chances de son côté, il s’emploie tout de même à proposer un black / dark symphonique qui tient la route. Vous me direz, il a plutôt intérêt. Sur ce deuxième album du duo, on est accueilli par le morceau-titre dont l’intro et la mélodie n’auraient pas dépareillé sur un album de Summoning. Il n’en faudrait pas plus à certains… Non, ok, j’vais pas vous la sortir à chaque fois. Mais une fois les douze minutes de ce premier titre passées, et malgré les grandes qualités de celui-ci, on est contents de constater que Shylmagoghnar (si jamais vous jouez au scrabble…) peut adopter d’autres postures. Ça et là, on ressent une influence black scandinave à la Setherial, une autre plus sympho et moderne (Agathodaimon ? Dimmu Borgir ?). Le plus souvent, ces différents éléments combinés aboutissent à un résultat très probant, à la fois intense, mélodique, recherché (certaines structures frôlent le prog) et atmo. Le groupe a l’intelligence de ne pas surcharger ses morceaux d’evil attitude, économisant en particulier les particulier les parties vocales pour ne les faire intervenir qu’au moment où elles apportent vraiment quelque chose. Les claviers, jamais ringards (ce qui est remarquable pour un genre parfois trop ronflant) mènent le jeu, mais n’handicapent jamais la virulence black, se contentant de souligner la majesté et la profondeur des compos. Les musiciens, pas manchots, ne versent pas dans la surenchère. Les vocaux sont haineux mais pas surjoués ni trop mixés en avant. Bref, tout est bien. Et voilà comment on se fait piéger par un disque dont on ne s’est pas assez méfié !

Site officiel

Paroles de l’album

Shylmagoghnar : As all must come to pass

Related Posts

  • 76
    Toutes les polémiques autour de Dimmu Borgir, celles qui entourent le groupe depuis des années et le début de son glissement du black metal symphonique vers un metal symphonique de plus en plus ouvert et cinématographique, je m’en contrefous. J’ai toujours trouvé dans la musique des norvégiens quelque chose de…
    Tags: d, plus, a, dimmu, borgir, qu, s, groupe, black, metal
  • 73
    Dimmu Borgir a clairement affiché avec ce disque sa volonté de revenir a un son plus brut, et plus proche de ses origines. Exit donc l'orchestre, qui pourtant avait fait de titres comme "Progenies of the great apocalypse" des titres-cultes. Mais dès la galette posée sur la platine, la première…
    Tags: plus, dimmu, borgir, black, symphonique, metal
  • 71
    Le retour du grand méchant Dimmu se fait encore sous le sceau du triptyque infernal. « Enthrone Darkness Triumphant », « Puritanical Euphoric Misanthropia », et maintenant ce « Death Cult Armageddon »…les paris sont ouverts quant au titre du prochain opus… « Picon Bière Caouettes » ? « Œuf…
    Tags: dimmu, d, album, borgir, groupe, vraiment, chose, celui-ci, site, paroles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *