ROVER : Let it glow

Rover_letitglow

En 2012, l’album éponyme de Timothée Régnier alias Rover m’a cueilli, tout simplement, avec sa pop aérienne et rêveuse autant que délicatement mélancolique et froide. « Let it glow » devait donc être une confirmation du talent du jeune homme. De prime abord, la pochette kitchissime de ce nouvel opus du bonhomme pourrait bien rebuter l’auditeur pointilleux. Mais ceux qui ont aimé la première sortie du bois de Rover vont forcément appuyer sur play. Et ils auront raison. Là, ils découvriront que les années 70 sont toujours au cœur de la musique du bonhomme. « Let it glow » est-il rétro pour autant ? Pas vraiment. Il se nourrit de tellement de sonorités différentes qu’il demeure assez inclassable. Sa pop psychédélique et romantique me rappelle autant un Bowie qu’un Ghinzu (les fulgurances soniques en moins pour ce dernier). Le chanteur n’hésite pas à jouer de sa voix à la manière d’un crooner sur plusieurs titres, voir même surjouer sur certains, ce qui peut également désarçonner. Mais Rover assume tout avec un panache rare, y compris un habillage mélodique pas toujours évident mais très intéressant et qui apporte au disque son identité inimitable. « Let it glow » est, vous l’aurez compris, un peu plus retors, moins immédiat que son grand frère. Le léger effort que l’on est amené à faire pour en découvrir toutes les subtilités (et il en a) lui assurera-t-il une durée de vie plus importante ? Nous le découvrirons au prochain épisode. En attendant, Rover a bien négocié le périlleux changement de cap du second album, enrichissant sa musique sans renier ce qui avait fait le succès du premier. Bel effort !

Site officiel

Rover : Call my name

Related Posts

  • 10000
    Ça faisait quelques temps que, comme un gros naze, je me disais "Waw, ça fait un bail que Sean Lennon n'a rien sorti !" C'est qu'en fait, le bougre avait complètement oublié de me tenir au courant de son union musicale et extra-professionnelle avec Charlotte Kemp Muhl ! Voici donc…
  • 10000
    Huit ans déjà que quelques lillois fans de rock psychédélique, réunis sous la bannière de Pink Nicotine, traversent la région de long en large pour faire découvrir leur musique onirique et planante. Mais voilà, cela pourrait bien s'arrêter ici. Non, le groupe ne se sépare pas ; il a tout…
  • 10000
    L'americana semble avoir le vent en poupe, et je ne vais pas m'en plaindre. Plus ou moins folk, plus ou moins graisseux, il ne cesse de renaître sous des formes diverses. Telegraph Canyon, lui, y adjoint des ambiances psychédéliques, du rock, une certaine idée du folk progressif, mais aussi du…
  • 10000
    J'entre dans l'univers de Landshapes par la petite porte, sans rien en connaître. Mais le pouvoir presque hypnotique de cette pochette mi psychédélique mi mystique m'y pousse. Et que dire de ce « Stay » qui débute de la meilleure des façons ce deuxième album ? On y trouve un rythme bien rock,…
  • 10000
    J'aime bien les ours. C'est beau, c'est fort, ça peut se montrer imprévisible dans le bon comme le mauvais sens. Et puis, ça me ressemble un peu ; volontiers solitaire, un peu bougon, gourmand, attaché à son territoire, et qui aime se gratter les fesses contre les ar – non,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *