RE-TROS : Before the applause

Le post-punk chinois, ça vous parle ? Eh bien, à moi non plus. Mais rassurez-vous, après cet article, vous le connaîtrez par coeur. Bon, ok, peut-être pas de A à Z, mais au moins vous en aurez une vue parcellaire. Parce que les Re-Tros (qui signifie Rebuilding the Rights of Statues, tout un programme) sont un trio formé en 2003 et qui ont une vision toute personnelle du genre… qui n’a pour le coup sur ce nouvel album pas grand-chose à voir avec la notre, petits européens de plus en plus conformistes. Bref, Re-Tros a certes adopté les rythmiques et scansions quelque peu martiales, les influences eighties, mais il a aussi ingéré pas mal de musique électronique, et un peu d’hystérie créative dont d’habitudes ce sont leurs voisins japonais qui ont le secret. Tout ça donne une musique complètement atypique et assez barrée, que l’on a vraiment du mal à qualifier. Post kraut rock electro prog expérimental ? Oui, on peut dire ça. « Before the applause » est un disque intense et aux strates multiples, mais pas forcément facile à suivre. Mais il est intelligent : placé en tête de liste, « Hailing drums » est de ces titres qui accrochent immédiatement. « Red Rum Aviv » m’évoque le Killing Joke de « Eighties » (de loin et dans l’ombre, ok, mais quand même), et ça n’est pas un mal. Par contre, la doublette « 8+2+8 » va trop loin pour moi dans l’original. Heureusement la Twin Peaksienne « Pigs in the river » relance la machine. « At mosp here » dévale la piste electronica / goa avec délice, « The last dance, W. » aurait pu figurer sur la bande originale de « ça », et enfin « Sounds of celebration » clôt la session avec un style plus accessible mais moins intéressant. Et donc ? Effectivement, on n’y connaît toujours rien en post-punk chinois, mais on s’en fout : Re-tros, ça reste bien sympa !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Deuxième album pour cet artiste signé chez Brainfeeder (label de Flying Lotus) et qui porte bien haut les couleurs de l'originalité et du métissage sonore. Soyez prévenus : ici vous entrez en territoire inconnu, vous arpenterez des terres vierges de toute normalité sonore. Oh, vous saurez ici et là y déceler…
  • 10000
    Pour ceux qui ne connaîtraient pas Zu, une petite présentation s’impose. On va déjà commencer par dire ce que n’est pas Zu. Ce n’est pas un petit zèbre aux aventures cocasses (Y’a des parents dans la salle ? Yeaaaaah!). Ce n’est pas non plus une formation que l’on peut résumer à…
  • 10000
    Derrière beaucoup de groupes de synth wave, on retrouve des (ex) rockeurs, voir même des metalleux. Il est évident que le genre électronique peut s’avérer aussi virulent que la musique du diable, et même plus parfois. Les exemples sont légion. Alors il est logique que tôt ou tard, le rock…
  • 10000
    Diapsiquir est depuis sa création une énigme. Ou plutôt une espèce de poil à gratter du metal extrême. Mais pas sympathique, pas rigolo, non, plutôt de ceux qu'on gratte jusqu'au sang, jusqu'à l'os. « 180° » est le quatrième album du duo et montre comme les précédents une volonté d'évoluer, de creuser…
  • 10000
    Jamal Moss est probablement un être complexe. Né d'une famille chrétienne, il s'oriente vers un système de croyance plus ouvert et polythéiste. Il est fort probable que ses proches aient fréquenté des disques plus classiques que le rock industriel et la musique électronique expérimentale qu'il s'infligeait bientôt. Et rien ne…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *