QUANTIC : Atlantic oscillations

Will Holland s’est jusqu’ici illustré au travers de son projet Quantic par une hybridation entre musique électronique et musique latine. Il faut dire que le dj, d’origine anglaise, avait élu domicile en Colombie, où la matière première est plus facilement trouvable. Mais ce « Atlantic oscillations » est d’une autre trempe. Bien sûr, on retrouve ces deux éléments. Mais il y a ici autre chose. Une influence plus groovy, plus clinquante. Peut-être parce que Quantic opère à présent depuis Brooklyn ? Sans doute. La house et le côté urbain transparaissent clairement, un petit côté trip-hop fait surface, et malgré ça les rythmes obsédants prennent le dessus mélodiquement parlant. Voici une mixture peu commune qui ne manquera pas de titiller les sens de ceux qui y poseront une oreille. Je ne vais pas vous mentir : ce disque va avoir bien du mal à trouver son public de ce côté-ci de l’atlantique. Mais ça ne m’empêche pas de le trouver passionnant. Will Holland y expérimente encore, allant chercher des éléments africains, reggae ou plus ouvertement disco pour complexifier un peu plus l’équation, ou juste s’amuser un peu. Et le chant, que ce soit le sien ou celui des autres, s’y invite parfois. Bref, c’est un sacré bordel qu’on a ici. Un bordel maîtrisé, réfléchi, malin, mais dont les mouvements auront du mal à être suivis par l’auditeur. Pourtant, un « You used to love me », un « Divergence », un « September blues », un « Now or never » ou un « Motivic retrograde » sont juste délicieux ! Alors qu’espérer pour Quantic ? Juste qu’il n’aie pas besoin de milliers de fans européens pour vivre et continuer son tour du monde !

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *