PVRIS : All we know from heaven, all we need of hell

J’avais profité de la réédition de « White noise » en 2016 pour donner un coup de projecteur à ce combo américain qui s’illustre par son electro rock très actuel et immédiat. Je me posais alors la question de la longévité du disque ; aujourd’hui, je serai bien incapable d’en fredonner un seul air, ce qui vous renseigne sur la réponse. Alors pourquoi je me repointe à leur porte aujourd’hui me direz-vous ? Ben parce que j’ai le droit déjà, hein, j’fais c’que j’veux, et puis je suis toujours un peu curieux de voir des metalleux tremper dans le grand bain pop ; je sais que tôt ou tard, ça transparaît, et ça apporte un peu de piment. Bon, ici, ça n’est pas flagrant, l’intégralité de ce disque au nom qui concurrence un Anaal Nathrakh étant musicalement assez proche de ce que Pvris pouvait proposer en 2014 (nan, j’me trompe pas de date, vous suivez ou quoi ? Réédition!). Par contre, je me souviens avoir évoqué Florence And The Machine à l’époque, là il n’en est plus vraiment question, si ce n’est dans une certaine emphase vocale, un côté épique electro rock qui fait prendre une histoire d’amour contrariée pour un hymne guerrier. Alternant ces moments entraînants et d’autres plus intimistes, ce deuxième album aboutit à peu près au même résultat ; une reddition quasi-immédiate. Oui, ces jeunes gens sont assez fortiches pour agencer et marier mélodies percutantes, rythmiques electro-pop, ambiances rock et vocaux somme toute assez variés (Lynn passe du roucoulement au hurlement assez facilement). Un titre comme « No mercy » pourrait même passer pour un hit emo. Encore une fois, Pvris fait son job à la perfection, et peut-être même un peu mieux que sur son premier opus. Et puisque vous êtes prévenus sur ce que vous pouvez trouver ici, vous n’avez aucune raison de vous plaindre !

Paroles de l’album

Site officiel

Pvris : Anyone else

Related Posts

  • 10000
    Bon, même s'il y a de la matière, même si c'est souvent bien foutu, ça commence à devenir gênant de découvrir tous les quatre matins une nouvelle artiste qui marche plus ou moins délicatement sur les plates-bandes de Florence And The Machine, mixant l'electro pop, le rock et les genres…
  • 10000
    Bon, celui-ci, j’ai mis un peu de temps à y arriver, tournant autour, le craignant, hésitant plus que de raison. Oh, et puis, à un moment, merde, faut y aller. Dreamcar, c’est donc ce qu’on appelle vulgairement un supergroupe, soit l’union plus ou moins contre-nature de plusieurs personnalités musicales. Ici…
  • 10000
    My Goodness est un petit groupe ricain comme beaucoup d’autres. Quelques dates, et l’opportunité de sortir un premier album pas plus prémédité que ça, les voilà avec un défi autrement plus grand à relever ; celui du deuxième album. On le sait, celui-ci est souvent décisif pour la suite d’une carrière.…
  • 10000
    Si « Eyelid movies » avait fait naître des espoirs fous pour ce duo new-yorkais, le deuxième album « Voices » avait tôt fait de les brider, trop englué dans une voie médiane entre renouveau et pistage des anciennes traces. Heureusement, c'est à un groupe ressoudé et réaffirmé que nous avons affaire aujourd'hui. Un…
  • 10000
    Le premier album de ces américains pose une fois de plus la question cruciale du positionnement du single. Ici, « Better strange », le single, est placé au tout début d'album. Ce qui peut être considéré comme une très bonne idée, puisqu'il est imparable, mais qui peut tout aussi bien jouer en…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *