PULCHRA MORTE : Divina autem et aniles

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à faire du death doom là ? Ok, je me calme. Mais en moment, je vous en fait bouffer pas mal, et pourtant ça n’est pas volontaire ; il en sort beaucoup. Pulchra Morte (dont le nom porte à croire que le combo a trop longtemps hésité entre « purée de carottes » et « pue l’rat mort ») est une formation américaine qui sort ici son premier album, après un ep sorti l’été dernier. C’est qu’ils ne traînent pas les bougres ! Bon, en même temps, on comprend vite pourquoi leur label a décidé de les signer et produire si vite. Le death doom de Pulchra Morte est parfaitement en place. Un style bien ancré dans les nineties ; un son de guitare typique, sec et grave, une voix death intelligible, des titres mid-tempo puissants et déchirants au groove discret, quelques minuscules fantaisies (une jolie voix féminine pas maniérée, des soli carrés et pas trop longs), des fins souvent abruptes, et hop, on y est. Pulchra Morte se fout bien d’être plus lourd, plus désespéré, plus evil que le voisin. Il fait son truc. Il l’a pensé et préparé depuis des années, de l’aveu même des musiciens, avant de trouver les bonnes personnes pour mener ce projet à bien. Alors oui, je pourrais vous dire que le combo compte des ex ou actuels Eulogy, Withered, Wolvhammer et Harkonin. Mais je préfère vous recommander ce disque si vous aimez la vague anglaise death doom de Peaceville, celle qui conjuguait amertume pas surjouée et puissance. Pas de single en puissance ici, pas de renouveau du style, juste du bon death doom de papa parfaitement exécuté par des musiciens aguerris.

Site officiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *