PROPAGANDHI : Victory lap

Le groupe canadien n’a jamais été sur le devant de la scène punk. Trop politique, trop crossover, trop canadien, pas assez fun, que sais-je encore. Cependant, leur punk metallisé ne m’a jamais déçu. Entre virulence des propos anti-discriminatoires, éco-citoyens, pro-animaux (ceci incluant le régime vegan) et influences thrash assumées par ses différentes, le groupe n’oublie jamais que la mélodie est essentielle dans sa partie. Et le prouve une fois de plus au travers des quinze titres de ce septième album. Ce nouvel album coïncide avec l’arrivée de la nouvelle guitariste, Sulynn Hago. Bien malin sera celui qui saura discerner le style d’antan de l’actuel, mettre le doigt sur leurs différences. Je pourrais dire que l’ensemble est plus « rond », moins abrupt qu’avant. Et je n’aurais peut-être pas tort. Mais dans l’ensemble, « Victory lap » contient des éléments très comparables à ce qu’on a déjà expérimenté du groupe. Ce qui n’est pas un mal puisque celui-ci a développé une personnalité et une science de la composition qu’à mon sens nombre de formations pourraient être tentés de singer. Alors bien sûr, le cocktail proposé est moins sucré qu’un disque de pop punk classique, on a ici un peu plus de corps et de rugosité. Mais c’est tout ce qui fait le charme de Propagandhi, et qui le rend unique, texte mis à part.

Site officiel

Paroles de l’album

Propagandhi : Failed imagineer

Related Posts

  • 10000
    Revoici les punks rebelles de Propagandhi pour leur quatrième album, après quatre ans d’absence. Proposant un compromis entre punk metal et éléments pop, le trio s’y entend pour composer des titres puissants, entraînants et pourtant très « radio-friendly ». Mais attention, ce n’est pas le but du groupe, loin de là. Propagandhi…
  • 10000
    En écoutant les rétro-punks de Zex, je me dis que les canadiens doivent être friands de ce genre musical, parce que ça fait quelques années qu'ils nous en envoient, du plus moderne au plus old school, du fusionné au pur. Regardez plutôt : Sum 41, The Sainte Catherines, Propagandhi, Chixdiggit, Comeback…
  • 10000
    Combinaison parfaite entre le punk rock mélodique d'un Bad Religion et le heavy metal classique, Strung Out promène sa carcasse depuis 1994, pilier d'une scène ne manquant pas de bons groupes, ce qui l'a un peu relégué derrière ses collègues plus médiatiques, intentionnellement ou pas. Pourtant, ne vous y trompez…
  • 10000
    Dans le milieu thrash, il y a plusieurs écoles. Celle, exigeante et quasi-scientifique, du thrash technique, appliqué, stratosphérique. Et puis celle de Toxic Holocaust, pour qui le thrash se doit d'être rapide, simple et direct. Alors certes, il n'y a rien ici de bien exceptionnel ; rien que des riffs…
  • 10000
    Le document ici présent, même si sorti des placards et présenté façon split demo, est un résumé de la sensation d'étouffement et de frustration du désormais célèbre Jason Newsted au sein du géant Metallica. Datées respectivement de 1994 et 1995, les deux démos des groupes parallèles du sieur, d'un côté…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *