PRIMUS : The desaturating seven

Pas facile d’aborder un disque de Primus, de savoir par quel bout le saisir, de comprendre ce que ses auteurs ont voulu transmettre. Peut-être ai-je d’ailleurs raté le coche en 2015 avec « Green naugahyde », parce que celui-là, je ne l’ai pas compris ni apprécié. Pas plus d’ailleurs que « Monolihth of phobos », l’essai intéressant mais inabouti avec Sean Lennon. Ce neuvième album me réconciliera-t-il avec le groupe ? Pas sûr. Il faut dire que ce nouvel essai est encore sacrément bien barré et encore moins accessible que d’habitude. Le point de départ de ce disque, c’est la volonté de Les d’adapter musicalement un bouquin de 1978 d’un auteur italien, « The rainbow goblins », que ses enfants (et apparemment plusieurs milliers d’autres) considèrent comme culte. Alors forcément, cette histoire de gobelins se nourrissant des couleurs de l’arc en ciel qui finiront par se faire tuer par leur obsession colle tout à fait avec l’univers fantasque de Primus. Mais il est aussi logique que sa transposition se traduise par une œuvre aussi riches en strates et en émotions, pour la plupart sombres il faut bien le dire. On a donc, vous l’aurez compris, aucune chance de trouver ici un nouveau tube funk metal foutraque. En revanche, le groupe joue de tous ses atouts pour bâtir une œuvre complexe et complète. « The desaturing seven » est progressif, narratif, minimaliste, magnifique et terrifiant. C’est assurément un disque d’une grande richesse et à l’intérêt certain… pour les fans de Primus. Et contre toute attente, ça a assez bien fonctionné pour moi. Bon, je reste un peu sur ma faim quand même, mais c’est le meilleur disque de Claypool que j’aie entendu depuis longtemps !

Site officiel

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Nouveau couple musical contre-nature, cette hydre à deux tête a été formée le plus simplement du monde. C'est une tournée commune qui a réuni les deux musiciens géniaux que sont Les Claypool et Sean Lennon. Par contre, ce qui leur a donné l'idée saugrenue que leurs deux styles pourraient très…
  • 10000
    Groupe incontournable lorsqu'on parle d'originalité et de folie musicale, Primus s'est pourtant montré peu brillant ces dernières années, incapable de rivaliser avec lui-même et le succès de l'album « Pork Soda ». malgré tout, Les Claypool a toujours persévéré et sorti des albums à intervalles réguliers, jusqu'à un « Antipop » qui semblait marquer…
  • 10000
    Masala est un trio de musiciens confirmés de la région. Et ces musiciens aiment, entre autres, Primus, Incubus, Mike Patton et John Zorn. Dire que ça ne s'entend pas sur ce premier album métissé à souhait serait un mensonge. Les titres ici présents respirent la technicité et l'inventivité. A dominante…
  • 10000
    Quelques années après sa mort, on en finit plus de chercher les héritiers de Zappa. Quelques mois après leur reformation, on guette les traînées de génie de Faith No More, celles-là même qui génèrent de jeunes pousses prometteuses. Voici aujourd'hui que ces recherchent se croisent et convergent là, sous nos…
  • 10000
    Il faut que je vous dise. Je ne suis pas très funky, comme garçon. J'ai grandi pendant la grande époque du genre, et ça me saoulait déjà à l'époque. Mais voilà. En vieillissant, il semblerait que, quand je n'écoute pas de post black malsain, je m'adoucisse. J'ai des preuves, et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *