PRIEST : Obey

Je ne connaissais pas Priest il y a cinq minutes. Je n’avais pas été conquis par son précédent et premier album « New flesh » en 2017. Et je ne savais pas que le groupe était né de la volonté d’un ex Ghost d’aller voir ailleurs. En fait, ma décision de chroniquer cet objet, sorti il y a déjà quelques semaines, a été prise en vingt secondes, comme pour un achat immobilier. Ces vingt secondes, ce sont celles qui ouvrent « Obey », premier titre de cet ep, et véritable tube en puissance. On retrouve, par rapport à Ghost, le goût pour les mélodies efficaces, le chant clair, et le vernis décadent – grandiloquent. Par contre, musicalement, la donne est bien différente ; on a ici un mélange entre electro-pop, electro-dark et synthwave. « Ceremony » et « Neuromancer » suivent la même trame ; rythmes simples, mélodies obsédantes, ligne de chant pop, sonorités acides. Priest nous sert ensuite une reprise réussie (bien que pas très ambitieuse) du « Street spirit (fade out) » de Radiohead. Et le chapitre se clôt sur une « Tria prima 2 » beaucoup plus electro ambiant, qui fait descendre la pression en douceur. Bref, pas de faute de goût sur cet ep, qui met l’eau à la bouche pour l’album à venir et nous éclaire sur les raisons qui ont fait que Priest a été élu meilleure formation electro chez lui, en suède, en 2017.

Paroles de l’album

Facebook

Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *