PORRIDGE RADIO : Every bad

Ok, ça fait 3 semaines que je tourne autour de ce disque sans me décider quoi faire avec ; le balancer avec l’eau du bain ou le chroniquer. Mais pour dire quoi ? Que Porridge Radio peut être un putain de bon groupe, mais qu’il peut aussi parfois être insupportable ? Que ses qualités pop sont salement contrebalancées par une propension à tout envoyer chier ? Que « Every bad », du coup, a la gueule du disque inclassable, celui qui suscite autant l’admiration que la fuite ? Pas hyper vendeur, non ? C’est pourtant vrai. Quand « Born confused » démarre, je me sens en confiance. Pourtant, le titre se termine sur une phrase répétée ad hoc, ce qui est franchement saoulant (1mn 30 quand même…). Et je trouve « Sweet » un peu poussif. « Don’t ask me twice » me plaît plus, malgré sa tronche bien punk. Mais quand « Long » débarque, c’est l’extase. « Nephews » suit le même chemin, celui de titres où l’émotion prend le dessus, agrémentée ou pas de déchirements, vocaux ou instrumentaux. Quelques autres titres sont un peu moins bien calibrés ; « Give / take », « Lilac », « (Something) » et peut-être même « Homecoming song ». Alors voilà, l’équilibre est instable, mais les bons côtés compensent souvent les mauvais. Du coup, ce disque, je l’aime autant qu’il me dérange. Juste pas au même moment, pas de la même façon. Alors je n’ai pas de meilleur conseil que celui-ci ; écoutez « Every bad », et voyez, pour vous, de quel côté penche la balance.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    S'ils se sont rencontrés sous d'autres cieux musicaux (le punk hardcore), les membres de Mundy's Bay ont choisi par ce premier album de se réinventer et de s'exprimer au travers d'un indie rock mâtiné de post punk, de l'énergie du rock alternatif et d'une patte mélodique pop. Mundy's Bay ne…
  • 10000
    Quand on est trois jeunes frères anglais qui montent leur premier groupe, en pratiquant u style à cheval entre rock alternatif et punk rock, je pense qu’on est bien loin de s’imaginer que, quelques années plus tard, une pointure de la trempe de Johnny Marr puisse rejoindre les rangs de…
  • 10000
    En 2015, « Undertow » avait été une séance de rattrapage plutôt très agréable pour moi qui avais raté le premier opus de Drenge. Trois ans plus tard, j’avais hâte de découvrir la suite des aventures des anglais. Et une fois lancé, je dois reconnaître que ce nouvel album fait largement le…
  • 10000
    Ils ne sont pas suédois, et ne vendent pas de voiture. Ovlov est un groupe américain pure souche, biberonné au rock indé volontiers grésillant et fuzzy de la fin des eighties et du début des nineties. Une esthétique qui transparaît dès l’entame de « Baby alligator » et qui ne cessera de…
  • 10000
    The Goon Sax est un trio pop australien avec un humour très personnel. Tenez, sur leur page facebook, ils déclarent que leur musique est inspirée par aldi. Zet si vous venez à regarder le clip de « She knows », vous constaterez que celui-ci aussi est riche en ouatzefeuqueries diverses. Bref, les…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *